Né le 30 août 1899 à L’Isle-Jourdain (Vienne), massacré en représailles le 4 août 1944 au Vigeant (Vienne) ; ouvrier maçon ; victime civile.

Henri Desgranges était le fils d’Henri Desgranges âgé de 32 ans à sa naissance, maçon, et de Françoise Laville également âgée de 32 ans, demeurant à Saint-Paixent, commune de l’Isle-Jourdain. Il apprit sans doute auprès de son père le métier de maçon, métier sous lequel il est inscrit dans son registre matricule militaire. Bien que de la classe 1919, il fut appelé pour l’armée le 21 avril 1918 et incorporé au 125ème Régiment d’Infanterie de Poitiers (Vienne). Il participa aux combats de la fin de la guerre et ensuite à l’occupation des pays rhénans en 1921 au sein du 501ème Régiment de chars de combat. Revenu au Vigeant, il épousa dans cette commune, le 9 décembre 1922, Denise Desgranges. Il était en 1928 père de trois enfants. Il fut rappelé sous les drapeaux le 27 août 1939 dans le 91ème régiment régional, puis le 1er avril 1940 au dépôt d’infanterie 92. Démobilisé définitivement en juillet 1940, il reprit au Vigeant son activité d’ouvrier maçon (son acte de décès le présente comme manœuvre).
En 1944, il était toujours domicilié au bourg du Vigeant. Il fut victime le 4 août 1944 du massacre perpétré par les forces allemandes de répression contre les maquis et en représailles contre la population du village. Le 4 août, en effet, se déroula dans le nord de la Charente et le sud de la Vienne, une opération de répression menée par une colonne allemande (Section rapide 608, issue du bataillon de réserve de la 17ème division SS Götz von Berlichingen, et Feldgendarmerie Trupp B motorisée 687). Partie de Charente le 3 août, elle se heurta à des groupes de maquisards et procéda dans la journée du 4 août à des séries d’exactions, d’exécutions sommaires et de massacres entre Charroux, Le Vigeant et Persac. Henri Desgranges fit partie des otages abattus dans le bourg du Vigeant, en représailles, dans l’après-midi, devant une mare desséchée à côté du cimetière. Son corps fut inhumé dans le cimetière communal du Vigeant.
Son nom est inscrit sur la plaque commémorative, face au cimetière, dédiée aux « Résistants et victimes civiles du 4 août 1944 ».
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Vienne (État civil en ligne, registre matricule) — État civil, mairie du Vigeant (acte de décès registre 1944, n° 20) — mémorial genweb

Michel Thébault

Version imprimable