Né le 3 janvier 1864 à Pontoux (Saône-et-Loire), massacré le 23 août 1944 à Sermesse (Saône-et-Loire) ; cultivateur ; victime civile.

Augustin Jobert était le fils de François et de Claire Michel. Il était veuf de Angélique Dury. Il exerçait le métier de cultivateur.
Le 21 août 1944, une colonne de 32 camions allemands s’arrêta rue du Champ-Gaillard pour y stationner. Le 23 août alors que l’ennemi repartait, le convoi fut attaqué par le maquis entre le pont de Bessie et l’ancienne route de Frontenard. Plusieurs soldats allemands furent tués. Les soldats ennemis qui avaient échappés se mirent à courir en tous les sens, tirant à vue sur les habitants. En représailles le village fut détruit et 23 maisons furent incendiées.
Augustin Jobert fut mortellement blessé et décéda à son domicile à 23 heures.
L’acte de décès fut dressé le lendemain sur la déclaration de son fils, Auguste Jobert, âgé de 50 ans, cultivateur.
Il obtint la mention « Mort pour la France ».
Son nom figure sur le monument aux morts, à Sermesse.
Sources

SOURCES : Le journal de Saône-et-Loire 16 février 2017.— Mémorial Genweb.— État civil.

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable