Né le 23 décembre 1908 à Angers (Maine-et-Loire), abattu le 16 juillet 1944 par les miliciens du bezen Perrot à Garzonval en Plougonver (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor) ; chiffonnier ; FTP.

Fils d’Henri, Auguste Sanguy, cordonnier et de Henriette, Françoise, Yvonne Hamard, mécanicienne, demeurant 12 rue des Vieilles Carrières à Angers, origininaires d’Angers.
Marcel Sanguy épousa le 23 février 1933 à Courbevoie (Seine ; Hauts-de-Seine) Marie, Anastasie Guyomard.
Marcel Sanguy se retrouva à Kergrist-Moëlou (Côtes-du-Nord pour une raison inconnue.
Le 11 juillet 1944, Marcel Sanguy, chiffonnier à Kergrist-Moëlou (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor), est arrêté avec son camarade Albert Torquéau à Canihuel (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor) au cours d’une opération menée par l’armée allemande et par des miliciens du Bezen Perrot. Dans ce secteur la résistance FTP est fortement implantée.
Détenu dans la maison du notaire Monsieur Souriman occupée par le Bezen Perrot au bourg de Bourbriac (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor), il y fut martyrisé.
Le 16 juillet 1944, les miliciens emmenèrent sept détenus dont Marcel Sanguy à bord d’un camion jusqu’à Garzonval en Plougonver. Ils furent tous abattus dans un fossé en bordure de la voie ferrée Guingamp (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor) – Carhaix (Finistère) d’une balle dans la nuque.
Pierre Maillard, François-Louis Le Berre, François-Marie Le Berre, Jean-Louis Corbel, Marcel Sanguy, Pierre Sécardin et Albert Torquéau furent abattus..
Marcel Sanguy était marié, un enfant, il avait 36 ans.
Le nom de Marcel Sanguy figure sur Le Monument de Garzonval en Plougonver. Une rue de Rostrenen porte le nom de Marcel Sanguy.
Site des Lieux de Mémoire du Comité pour l’Étude de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Côtes d’Armor 165J2 (fonds Boulbain), 2W235, 2W237. — Alain Prigent et Serge Tilly, L’occupation allemande dans les Côtes-du-Nord (1940-1944, Les Lieux de Mémoire, Cahiers de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord, n° 10 (2004) et n° 11 (2005).

Alain Prigent, Serge Tilly

Version imprimable