Né le 2 octobre 1920 à Arcueil (Seine, Val-de-Marne), tué au combat le 12 juin 1944 à Duault (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor) ; FFL-SAS.

Dans la nécropole nationale</br> de Sainte-Anne-d'Auray
Dans la nécropole nationale
de Sainte-Anne-d’Auray
Sur le mémorial SAS de Plumelec
Sur le mémorial SAS de Plumelec
SOURCE  :
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson
Le mémorial international des SAS</br>à Sennecey-le-Grand
Le mémorial international des SAS
à Sennecey-le-Grand
SOURCE : 22sas12.over-blog.com
Célibataire, Daniel Taupin était le fils de Maurice Sully Landry Taupin, dessinateur, et de Marguerite Maria Aymar, sans profession.

Daniel Taupin rallia les Forces françaises libres (FFL) à Gibraltar en avril 1941. Il rejoignit l’Afrique équatoriale française (AEF), Pointe-Noire en août 1941 puis le mois suivant Bangui où il fut affecté au 1er Bataillon de l’infanterie de l’Air (1er BIA). En août 1942, il embarqua pour la Grande-Bretagne, où il intégra les Forces aériennes françaises libres sous le matricule 31 430. Affecté à Camberley au 1er bataillon de l’Air (1er BIA) en octobre 1942, il fut breveté à Ringway en janvier 1943 et affecté au 2e Régiment de chasseurs parachutistes (2e RCP) ou 4e SAS (Special Air Service) du commandant Bourgoin. La mission des SAS était de saboter les voies de communication et de rassembler, équiper, former, encadrer les maquis bretons, avec pour objectif d’empêcher ou au moins de retarder le transfert vers le front de Normandie des troupes allemandes stationnées en Bretagne.

Le caporal-chef Daniel Taupin fut parachuté dans le secteur de Duault (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor) lors de la seconde vague de parachutages des 10 et 11 juin 1944, dans le cadre de la mission « Samwest ». Le lieu de rassemblement des parachutistes SAS, dans la ferme de Kerhamon, fut malencontreusement découvert dans la soirée du 11 juin par l’arrivée impromptue d’une voiture allemande égarée. Au petit matin du 12 juin la forêt de Duault fut investie par un détachement allemand important et la ferme fut encerclée. Au cours de l’attaque, cinq parachutistes SAS furent tués : Daniel Taupin, Alfred Litzler, André Bondon, Marcel Ruelle et Louis Wéry. Les autres SAS parvinrent à décrocher et à se replier dans le Morbihan sur la base « Dingson » implantée à Saint-Marcel.

Daniel Taupin est inhumé dans la nécropole nationale de Sainte-Anne-d’Auray.

Il a obtenu la mention « Mort pour la France » et a été homologué FFL.

Dans les Côtes d’Armor, à Duault, le nom de Daniel Taupin est inscrit sur le monument commémoratif de Kerhamon et sur le vitrail de l’église Saint-Maudez dédié aux onze résistants et parachutistes tués à Kerhamon.
Dans le Morbihan, il figure sur le mémorial des parachutistes SAS de la France libre érigé près du moulin de La Grée à Plumelec.
En Saône-et-Loire, il est gravé sur le mémorial international des SAS à Sennecey-le-Grand.
Sources

SOURCES : SHD, Vincennes Al 1Mi 2 et GR 16 P 562996. — Site Internet FFL-SAS. — Alain Prigent et Serge Tilly, " L’occupation allemande dans les Côtes du-Nord 1940-1944 - Les lieux de mémoire " sur le site Internet du Centre d’Étude de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord. — Mémorial GenWeb. — État civil, Arcueil (acte de naissance).

Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Version imprimable