Né le 11 juillet 1911 à Squiffiec (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor), mort au combat le 12 juin 1944 à Duault (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor) ; militant communiste ; FTP-FFI.

Fils de François, Marie Nicolas, chef de gare à la gare de Mousteru (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor) et de Barbe, Marguerite Jouannet, receveuse aux chemins de fer.
Jean Nicolas, célibataire, demeurait à La Gare en Moustéru.
Il adhéra au Parti communiste français à la fin des années 1930. Repéré pour ses actions clandestines, il s’installa à Brest hébergé par la résistante du Front national Claudette Cormault à l’hôtel L’Aigle d’or. Arrêté avec des camarades, interné à la prison de Pontaniou à Brest, il parvint à s’échapper avec six autres détenus grâce à Claudette Cormault et sa belle-soeur Denise Le Gars qui avaient apporté du matériel pour l’évasion. Recherché, il rejoignit son secteur des Côtes-du-Nord et intégra en 1944 le maquis Tito.
Du 6 au 10 juin 1944, une centaine de parachutistes, commandos français du 4e SAS, furent impliqués dans l’opération Samwest dans la zone de Duault (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor). Le 12 juin 1944, un combat s’engagea entre des parachutistes des FFI (Forces Françaises Libres) auxquels s’étaient joints des FTP du secteur à des militaires allemands à Kerhamon en Duault. Par mesures de représailles, les forces allemandes incendièrent cinq fermes à Kerhamon et Guernhir en Duault.
C’est au cours de ce combat que Jean Nicolas fut tué, il avait 33 ans. Son nom figure sur Le monument de Kerhamon en Duault et sur La stèle de Croas-Leitour en Moustéru.
.
Site des Lieux de Mémoire du Comité pour l’Étude de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Côtes d’Armor, 2W236. – Archives de l’ANACR. – Alain Prigent et Serge Tilly, L’occupation allemande dans les Côtes-du-Nord (1940-1944), Les Lieux de Mémoire, Cahiers de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord, n° 10 (2004) et n° 11 (2005).— AVCC, Caen, AC 21P 103858 (nc).— SHD, Vincennes, GR 16P 444265 (nc). — resistance-brest.net.

Alain Prigent, Serge Tilly

Version imprimable