Né le 9 février 1922 à Plélo (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor) ; martyrisé massacré le 17 juillet 1944 par des soldats allemands à Plélo ; cultivateur ; civil.

Pierre Ballouard qui était le fils de François Ballouard et de Marie Rouault demeurait à Plélo.
Un groupe de 80 maquisards FTP commandé par Raoul Jourand venu du Merzer (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor) depuis le 17 juillet 1944, équipé en armes, s’est installé à la ferme de la Saudraie en Plélo (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor). Le mercredi 26 juillet 1944, en matinée, sur dénonciation, des militaires allemands venus de Saint-Brieuc et de Guingamp (5 camions et 2 voitures) encadrés par le sinistre Rudolf de la Gestapo de Saint-Brieuc arrivèrent à la ferme de Beaucour en Plélo, arrêtèrent les fils Le Batard, Louis et Baptiste. Ils en profitèrent pour piller la maison. Ils se dirigèrent ensuite vers La Saudraie. A leur arrivée la sentinelle de garde ouvrit le feu, les Allemands ripostèrent, Raoul Jourand dans sa fuite fut blessé au bras.
Louis Le Maillot et Jean Le Bricon qui étaient occupés à cuire du pain pour les maquisards dans un fournil, discutait avec Thomas Corbel, cultivateur du secteur. Surpris par l’arrivée des Allemands, ils s’enfermèrent dans le fournil. Les Allemands firent sauter la porte à l’aide d’explosifs. Les trois occupants ne sortiront pas vivant de ce piège.
L’attaque du maquis se poursuivit : Yves Jezequel, âgé de 16 ans, en première ligne, fut tué d’une rafale de mitraillette en pleine poitrine. Deux de ses camarades furent blessés mais réussirent à s’enfuir. Les frères Jean Ballouard et Pierre Ballouard qui coupaient de l’avoine dans un champ furent emmenés à la Saudraie où ils furent martyrisés et assassinés. D’après les autopsies, les deux jeunes furent mutilés des poignets avant d’être brûlés. Un témoin entendit les cris des jeunes gens se faisant martyriser et brûler vifs.
Trois maquisards Louis Le Maillot, Jean Le Bricon et Yves Jezequel ainsi que trois civils Thomas Corbel, Jean Ballouard, Pierre Ballouard furent donc massacrés, leurs corps furent retrouvés carbonisés. Les bâtiments furent pillés et incendiés. Les restes de cinq des six victimes furent rassemblés dans la même sépulture au cimetière de Plélo.
Pierre Ballouard avait 22 ans, son nom figure sur La stèle des six victimes de La Saudraie en Plélo sur La Stèle du bourg de Plélo et sur La sépulture des cinq victimes de la Saudraie, au cimetière de Plélo.
.
Site des Lieux de Mémoire du Comité pour l’Étude de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Côtes d’Armor, 2W236. – Archives de l’ANACR. – Alain Prigent et Serge Tilly, L’occupation allemande dans les Côtes-du-Nord (1940-1944), Les Lieux de Mémoire, Cahiers de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord, n° 10 (2004) et n° 11 (2005).

Alain Prigent, Serge Tilly

Version imprimable