Né le 11 août 1925 à Berrien (Finistère) ; martyrisé, massacré le 28 juillet 1944 par des soldats allemands à Saint-Gilles-du-Mené (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor) ; charbonnier ; FTP.

Jean Connan qui était le fils de Théophile Connan et de Célestine Creff, charbonnier de métier, demeurait à Saint-Servais (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor).
Fin juillet 1944, cinq FTP Michel Carrier, Jacques Chesneau, Jean-Marie Connan, Jean-Louis Delourmel et Odette Tort, épouse Leclerc, ainsi que deux parachutistes SAS, André Coquette et Francis Serville, s’installèrent dans une maison appartenant à Monsieur Noël sur le tertre du Seilla en Saint-Gilles-du-Mené (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor).
Le 28 juillet 1944, sur dénonciation, ils furent surpris dans leur sommeil par l’arrivée de militaires allemands et furent sauvagement assassinés.
Tous furent poignardés et achevés d’une balle dans la nuque. Les Allemands firent mettre les sept victimes dans une fosse et incendièrent la maison.
Le 5 août 1944, toutes les victimes furent inhumées avec tous les honneurs religieux et militaires au cimetière de Saint-Gilles-du-Mené en présence d’une foule considérable.
Jean-Marie Connan avait 19 ans. Son nom figure sur Le Monument du Tertre du Seilla en Saint-Gilles-du-Mené.
.
Site des Lieux de Mémoire du Comité pour l’Étude de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Côtes d’Armor, 2W236. – Archives de l’ANACR. – Alain Prigent et Serge Tilly, L’occupation allemande dans les Côtes-du-Nord (1940-1944), Les Lieux de Mémoire, Cahiers de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord, n° 10 (2004) et n° 11 (2005).

Alain Prigent, Serge Tilly

Version imprimable