Né le 17 mars 1903 à Brest (Finistère) ; représentant dans le charbonnage ; réfugié rue Clemenceau à Guingamp (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor) ; abattu le 5 août 1944 à Guingamp ; civil.

Dans les jours qui précédèrent la Libération du département des Côtes-du-Nord du 1er au 18 août 1944, les troupes allemandes cherchèrent à se mettre en sécurité dans les grandes bases navales qu’elles occupaient à Brest (Finistère) et à Lorient (Morbihan). Subissant le harcèlement de la Résistance, elles se livrèrent à des crimes commis sans objectif militaire, tuant de paisibles gens au travail dont le seul tort fut d’être au mauvais endroit au mauvais moment. Ce fut durant cette période que près de 50% des 700 victimes recensées dans le département furent abattues, massacrées.
Le 5 août 1944, deux jours avant la Libération de Guingamp, un militaire allemand à Armand Salaun demanda ses papiers d’identité. Faisant un geste pour écarter le canon du fusil qui était braqué sur lui, il fut abattu par un Allemand qui se trouvait derrière lui, il avait 41 ans.
.
Site des Lieux de Mémoire du Comité pour l’Étude de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Côtes d’Armor, 2W236. — Historique du maquis de Plouisy, par Louis Piriou, imprimerie de Châtelaudren. – Alain Prigent et Serge Tilly, L’occupation allemande dans les Côtes-du-Nord (1940-1944), Les Lieux de Mémoire, Cahiers de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord, n° 10 (2004) et n° 11 (2005).

Alain Prigent, Serge Tilly

Version imprimable