Né le 29 décembre 1919 à Servel (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor) ; martyrisé massacré par les Allemands au camp d’aviation de Servel le 10 juillet 1944 ; cultivateur ; célibataire ; civil.

Fils de Jean, Baptiste Auregan, cultivateur et de Jeanne, Marie Huon, ménagère.
Denis Auregan demeurait chez ses parents à Saint-Nicodème en Servel.
Le dimanche 9 juillet 1944, vers 20h, Denis Aurégan fut arrêté au cours d’une opération de police menée par des militaires allemands à Minihy en Servel chez son camarade Yves Le Manach à qui il rendait une visite.
Les deux hommes furent emmenés au Champ-Blanc en Trébeurden, les poignets enchaînés avec du fil de fer barbelé, rejoints par Yves Queffeulou. Trois autres personnes arrêtées à Trébeurden les rejoignirent : François Le Faucheur, François Le Jan et Louis Ollivier.
Le 10 juillet 1944, Denis Auregan fut assassiné avec Yves Le Manach et Yves Queffeulou par les Allemands au camp d’aviation de Servel après avoir été horriblement martyrisé.
Le corps de Denis Auregan fut découvert après la Libération, le 13 août 1944 dans une fosse à proximité du camp d’aviation de Servel près de Lannion occupé par la Luftwaffe.
Denis Auregan avait 25 ans. Son nom figure sur Le Monument du terrain d’aviation, Servel en Lannion.
.
Site des Lieux de Mémoire du Comité pour l’Étude de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Côtes d’Armor, 2W236. – Archives de l’ANACR. – Alain Prigent et Serge Tilly, L’occupation allemande dans les Côtes-du-Nord (1940-1944), Les Lieux de Mémoire, Cahiers de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord, n° 10 (2004) et n° 11 (2005).

Alain Prigent, Serge Tilly

Version imprimable