Né le 2 décembre 1913 à Rouillé (Vienne) ; assassiné à bout portant le 24 juillet 1944 à La Harmoye (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor) ; professeur d’agriculture ; agent du service de renseignements et de sécurité du MLN (Mouvement de Libération Nationale).

Alfred Millet était le fils d’Armand Millet et d’Eugénie Oblé. Epoux de Simone Le Moal, le couple avait deux enfants.
Le Lieutenant Alfred Millet, victime d’une grave blessure de guerre qui le contraignit à devenir un combattant de l’ombre, vivait depuis quelques temps à l’hôtel restaurant du Jockey Breton à Corlay sous le nom de "Monsieur Paul". Sa vie était celle d’un parisien en vacances ou en convalescence.
Le 7 juillet 1944, il fut arrêté dans cet hôtel. Le 24 juillet 1944, il fut assassiné sans autre forme de procès, au bois de Kergus en La Harmoye.
Alfred Millet avait 31 ans. Son nom figure sur La plaque à l’Hôtel du Jockey Breton, 32 Grande Rue en Corlay et sur La Plaque au bois de Kergus en La Harmoye et sur La Stèle au bois de Kergus en La Harmoye.
.
Site des Lieux de Mémoire du Comité pour l’Étude de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Côtes d’Armor, 2W236. – Archives de l’ANACR. – Alain Prigent et Serge Tilly, L’occupation allemande dans les Côtes-du-Nord (1940-1944), Les Lieux de Mémoire, Cahiers de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord, n° 10 (2004) et n° 11 (2005).

Alain Prigent, Serge Tilly

Version imprimable