Née le 22 février 1912 à Saint-Gilles-Vieux-Marché (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor) ; assassinée à bout portant puis violée le 10 juin 1944 à Saint-Gelven (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor) ; civile.

Fille d’Émile et de Marie Louise Le Bricon, elle épousa Joseph David, demeurant à La Lande du Gouacho en Saint-Gelven, le couple eut un enfant.
Le samedi 10 juin 1944, Émilienne Treussard préparait le repas de communion pour son fils. A 16h, un soldat allemand se présenta au domicile des époux David, il se dit chargé de contrôler la maison. Le « contrôle » terminé, après avoir fouillé la maison de fond en comble, il somme Émilienne Treussard de l’accompagner au bourg pour lui délivrer un certificat de contrôle.
Tous les deux prenant le chemin de Caurel (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor), passèrent devant Ker-Ursule et Kerbiquet en direction de Bezenan par la route 164 bis. Le soldat fit sans doute des propositions que Madame David refusa certainement. L’Allemand voulu abuser d’elle mais comme elle était fort gaillarde, elle se débattit. Voyant qu’il ne pouvait arriver à ses fins, il lui tira une balle dans le front et ce n’est que morte qu’il abusa de sa victime. Émilienne Treussard avait 32 ans.
Le numéro de l’unité de l’assassin fut connu, le signalement du meurtrier était facilement reconnaissable par une cicatrice en forme de V à la joue, de plus un bidon présumé le sien fut retrouvé sur le parcours effectué, selon le témoignage du maire de Saint-Gelven en septembre 1944.
Le même jour son corps fut retrouvé, présentant de multiples blessures, dont l’amputation de l’annulaire pour voler l’alliance.
Une rue de Saint-Gelven porte le nom d’Emilienne David.
.
Site des Lieux de Mémoire du Comité pour l’Étude de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Côtes d’Armor 165J2 (fonds Boulain). – Alain Prigent et Serge Tilly, L’occupation allemande dans les Côtes-du-Nord (1940-1944, Les Lieux de Mémoire, Cahiers de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord, n°10 (2004) et n°11 (2005).

Alain Prigent, Serge Tilly

Version imprimable