Né le 18 mai 1893 à Saint-Aubin-en-Charollais (Saône-et-Loire), exécuté sommairement le 26 août 1944 à La Loyère (Saône-et-Loire) ; maréchal-ferrant ; résistant des Forces françaises de l’Intérieur (FFI).

Jacques Brunet était le fils de Jean-Marie, âgé de 40 ans, tailleur d’habits et de Jacqueline Ray, âgée de 39 ans, blanchisseuse. Il était veuf de Marie-Louise Pacqueriaud et exerçait la profession de maréchal-ferrant à Paray-le-Monial (Saône-et-Loire).
Il participa à la Grande guerre au cours de laquelle il obtint la Croix de guerre 14-18.
Il participa à la Résistance aux Forces françaises de l’Intérieur et fut interné à la prison de Chalon-sur-Saône. Le 26 août 1944 à la suite de la destruction des voies ferrées par les alliés et le maquis, la Gestapo ne pouvait plus transporter les détenus. Les maquisards emprisonnés à Chalon furent extraits de la prison par groupes de deux et amenés à La Loyère et Fragnes pour y être exécutés en cinq lieux différents.
C’est vers 11h15 le 26 août que Jacques Brunet et 3 autres détenus furent fusillés au lieudit "le Paquier de Condemène" sur la commune de La Loyère.
Il obtint la mention « Mort pour la France » le 27 octobre 1954.
Son nom figure sur le monument commémoratif 1939-1945, à Farges-lès-Chalon et sur le monument aux morts, à Paray-le-Monial (Saône-et-Loire).
Sources

SOURCES : Le journal de Saône-et-Loire d’août 1994 Il y a 50 ans vingt-trois résistants tombaient à Fragnes et La Loyère et du 30 mars 2016 Que commémore le mémorial de La Loyère.— Mémorial Genweb.— État civil (naissance).

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable