Né le 24 juin 1899 à Elliant (Finistère), otage tué le 7 août 1944 à Quéven (Morbihan) ; employé de boucher ; victime civile.

Sur le monument de Beg-Runio en Quéven
Sur le monument de Beg-Runio en Quéven
Sur la plaque commémorative de Rosporden
Sur la plaque commémorative de Rosporden
SOURCE :
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson
Jean Hémery était le fils de Jean Michel Hémery et de Marie Anne Guéguen, décédés. Il vait épousé Marie Corentine Louise Kerhervé et le couple était domicilié à Rosporden où il exerçait la profession de Boucher.

Le 7 août 1944, au cours de violents combats opposant les troupes américaines et allemandes à Beg-Runio en Quéven (Morbihan), neuf civils furent tués : Jean Hémery, Marguerite Caugant née Le Naour, Guillaume Flaouter, Jean Le Menn, Jean-Marie Porhiel, domiciliés à Rosporden (Finistère) ; Jean Bernard et Antoine Hénaff, domiciliés à Quimper ; Mathurin Baudic, domicilié à Lorient ; Manuel Gudierrer-Valladorès, originaire d’Espagne.
Ils appartenaient à un groupe d’une trentaine d’otages arrêtés le 4 août 1944 à Rosporden. Transférés à Quimperlé (Finistère), puis embarqués dans un wagon à destination de l’Allemagne, ils furent stoppés au lieu-dit Beg-Runio en Quéven (Morbihan). Pris sous le tir croisé des troupes américaines et allemandes, leur wagon, dont les portes étaient verrouillées de l’extérieur par des fils de fer barbelés, fut enflammé par des balles incendiaires. Des otages réussirent à s’échapper par le toit du wagon et à ouvrir les portes du wagon. Plusieurs furent blessés. D’autres parvinrent à rejoindre les lignes américaines. Neuf d’entre eux ont péri.

L’acte de décès de Jean Hémery, dressé en mairie de Quéven le 30 juillet 1945, le déclare « décédé le 7 août 1944 à 17 heures au cours d’une fusillade entre un tank américain et un convoi ferroviaire allemand dans une prairie à deux cents mètres du village de Kervitton ».

Il a obtenu la mention mort pour la France.

Dans le Morbihan, le nom de Jean Hémery est inscrit sur le monument érigé par ses camarades rescapés en bordure de la voie ferrée à Beg-Runio en Quéven.
Dans le Finistère, il figure sur la liste « Otages » de la plaque commémorative apposée à Rosporden « À la mémoire des victimes des combats de la Libération 1944-1945 ».
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Morbihan, 1526 W 229 RG. — Roger Leroux, Le Morbihan en guerre 1939-1945, Joseph Floch imprimeur éditeur à Mayenne, 1978. — René Le Guénic, Les Maquisards chez nous en 1944 et Morbihan, Mémorial de la Résistance (photo), Imprimerie Basse Bretagne, Quéven, 2013. — " Lieux mémoriels en Morbihan-Quéven " et " Cérémonie de Quéven-Beg-Runio du 7 août 2014 ", dossiers en ligne sur le site Internet Les Amis de la Résistance du Morbihan, ANACR-56. — Mémorial GenWeb. — État civil, Quéven (acte de décès).

Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Version imprimable