Né le 10 mars 1871 à Persac (Vienne), massacré le 4 août 1944 à Persac (Vienne) ; cultivateur ; victime civile.

Joseph Bujeau était le fils de Jean Bujeau âgé de 43 ans à sa naissance, cultivateur, et de Marie Cirot, âgée de 37 ans, tous deux domiciliés au lieu-dit La Chepsière, commune de Persac. Il fut orphelin très jeune du fait du décès de sa mère le 7 mai 1878. Il se maria le 26 février 1897 à Persac avec Marie Louise Querrioux, couturière, domiciliée chez ses parents cultivateurs au Gros-Bost, commune de Persac. Au recensement de 1911, le couple vivait au bourg de Persac où Joseph Bujeau exerçait la profession de cantonnier tandis que sa femme y était couturière. Le couple avait alors deux enfants Louis, né en 1903 et René, né en 1909. En 1944, âgé de 73 ans, cultivateur, il résidait toujours avec son épouse au bourg de Persac. Le 4 août 1944, une opération de répression contre les maquis de l’est de la Vienne, menée par une colonne allemande (Section rapide 608, issue du bataillon de réserve de la 17ème division SS Götz von Berlichingen, et Feldgendarmerie Trupp B motorisée 687) venant du sud et partie de Charente le 3 août, procéda dans la journée du 4 août à des séries d’exactions, d’exécutions sommaires et de massacres entre Charroux , Le Vigeant et Persac. C’est à l’entrée de ce village que furent tués lors de l’occupation du village par les troupes allemandes, deux maquisards, André Cubaud et Joseph Pourrichou. Les soldats ouvrirent également le feu sur les civils qui n’avaient pu à temps s’abriter et se cacher. Selon son acte de décès, Joseph Bujeau fut abattu et décéda : « en son domicile, des suites de blessures provenant de balles de mitraillette tirées par une colonne allemande de passage à Persac, alors qu’il était dans son jardin ».
Son nom est inscrit sur le monument aux morts de Persac.
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Vienne en ligne (État civil, recensement 1911) — Renseignements Jean Claude Corneille.

Michel Thébault

Version imprimable