Né le 6 juillet 1898 à Buzançais (Indre), massacré le 23 août 1944 à à Pont-l’Évêque (Calvados) ; épicier ; victime civile.

Marié et père de deux enfants, dont l’un fut envoyé en Allemagne au titre du STO, André Brillard tint une épicerie à Pont-l’Évêque. Pendant la bataille pour la libération de cette ville, le 23 août 1944, il fut arrêté par les Allemands près de la Calonne (Calvados), en compagnie de son voisin et ami Adrien Prieur*. Sans autre forme de procès, les deux hommes furent froidement assassinés d’une balle dans la nuque et jetés dans la rivière. Leurs corps seront retrouvés une semaine plus tard.
Sources

SOURCE  : Centre de recherche d’histoire quantitative de l’Université de Caen, Quellien J. [dir.], Livre mémorial des victimes du nazisme dans le Calvados, Caen, Conseil Général du Calvados, 2004.

Jean Quellien

Version imprimable