Né le 16 octobre 1911 à Paris (XVIIIe arr.), massacré le 1er septembre 1944 à Audun-le-Roman (Meurthe-et-Moselle) ;

Robert Szczupack était le fils de Michel, employé et de Marie Émélie Victorine Ebran, couturière. Il fut adopté par la Nation le 14 novembre 1918 par jugement du Tribunal civil du Havre. Il se maria le 17 juin 1933 à Dom-le-Mesnil (Ardennes) avec Dolorès Cordero, dont il eut trois enfants. Il était domicilié à Serrouville (Meurthe-et-Moselle). Il entra à la SNCF comme manœuvre à Audun-le-Roman (Meurthe-et-Moselle).
Le 1er septembre 1944, il aurait été abattu sur une des routes menant à Audun-le-Roman, par une colonne allemande qui l’aurait sans doute pris pour un maquisard. Seulement blessé il aurait été achevé par l’ennemi. Selon les attestations fournies après la guerre, il avait déjà à cette date rejoint la Résistance et participé à plusieurs actions.
Son nom figure sur le monument aux morts et sur la plaque commémorative SNCF 1939-1945 en gare, à Audun-le-Roman (Meurthe-et-Moselle).
Sources

SOURCES : Cheminots victimes de la répression 1940-1945 Mémorial, sous la direction de Thomas Fontaine, éd. Perrin/SNCF, Paris 2017.— Mémorial Genweb.— État civil (acte de naissance).

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable