Né le 20 septembre 1912 à Ondres (Landes), exécuté sommairement le 6 août 1944 dans le bois de Bascaules sur la commune de Toujouze (Gers) ; résistant, membre du Corps Franc Pommiès.

Jean-Joseph Labastie avait une femme, un enfant de 4 ans et son beau-père à charge.

Il appartint au groupe du Corps Franc Pommiès, commandé par le capitaine Claverie.

Le groupe fut cantonné dans le bois de Lussagnet (Landes) et fut en relation avec les Corps Francs de la Libération d’Aire sur l’Adour (Landes). A la fin du mois de juillet 1944, le groupe quitta le bois de Lussagnet pour s’installer dans le bois de Bascaules, à proximité de la commune du Houga, à la limite du département des Landes dans le Gers.

Le dimanche 6 août 1944 vers 6 heures du matin, un détachement allemand arriva au Houga à la recherche de résistants. Ils envahirent l’hôtel Lafontan et sortirent les pensionnaires du lit dont Henri Thiebaud qui cachait une arme et qu’ils obligèrent à les conduire au bois de Bascaules.

En bordure du bois, la ferme Ducourneau était occupée par quatre maquisards : Jobbe, Eric le Tchèque, Robert Larrieu et Pierre Farines*. Ce dernier, envoyé en reconnaissance, fut pris par les Allemands. Ils s’emparèrent aussi de Jean-Joseph Labastie qui rentrait de permission.

Jean-Joseph Labastie fut alors passé par les armes ainsi que Pierre Farines et que Henri Thiebaud.

Une stèle est érigée depuis 1946 à l’endroit où les trois jeunes gens ont été fusillés.
Sources

SOURCES : CPRD des Landes, dossier 29 vert comprenant le témoignage de Robert Larrieu et une lettre du 19/11/1952 de Léonce Dussarrat, président de la Commission d’homologation des Landes.

Florence Lamothe

Version imprimable