Né le 21 mars 1902 à Novotscherkast (Russie), massacré le 14 juillet 1944 à Rapilly (Calvados) ; ingénieur-chimiste.

Naturalisé français depuis 1935, Jacques Ermolieff s’installa avec sa famille à Saint-Marc-d’Ouilly (Calvados). Il exerça la profession d’ingénieur-chimiste à l’usine Ferodo. Pendant la bataille de Normandie, les Allemands exigèrent que les habitants de Saint-Marc-d’Ouilly et Ouilly-le-Basset assurent à tour de rôle la garde du pont voisin. C’est au cours de l’une de ces factions, dans la nuit du 14 au 15 juillet 1944, que Jacques Ermolieff se fit surprendre par une patrouille de SS alors qu’il tenta de dérober des effets militaires dans une voiture allemande. Emmené au cantonnement des SS, à Rapilly, il fut battu et questionné à plusieurs reprises avant d’être abattu en tentant de s’enfuir.

Son nom figure sur le monument aux morts de Saint-Marc-d’Ouilly.
Sources

SOURCE  : Centre de recherche d’histoire quantitative de l’Université de Caen, Quellien J. [dir.], Livre mémorial des victimes du nazisme dans le Calvados, Caen, Conseil Général du Calvados, 2004.— Genweb.

Jean Quellien

Version imprimable