Né le 9 septembre 1884 à Créot (Saône-et-Loire), massacré le 7 septembre 1944 à Nolay (Côte-d’Or) ; propriétaire vigneron ; victime civile.

Joseph Verdereau était le fils de François, propriétaire et de Marguerite Lavirotte. Il était célibataire et domicilié à Créot (Saône-et-Loire) où il était propriétaire vigneron.
Il fut appelé sous les drapeaux le 9 octobre 1905 et affecté au 29e régiment d’infanterie à Autun. Il passa dans la disponibilité le 28 septembre 1907 et fut mobilisé le 1er août 1914 au 109e régiment d’infanterie puis affecté au 217e régiment d’infanterie le 1er juin 1916. Grièvement blessé le 12 juillet 1916 à Verdun (Meuse) par éclats d’obus, il fut amputé du bras droit ce qui lui valut le 24 août 1916 une citation avec obtention de la Médaille militaire et de la Croix de guerre avec palme.
Il fut mortellement blessé par les soldats allemands route de Couches au lieu-dit "Le Chatelet" où il fut retrouvé le 7 septembre 1944 à 18 heures et transporté à l’hôpital de Nolay (Côte-d’Or).
L’acte de décès fut dressé le 11 septembre 1944 sur la déclaration de Marcel Taupenot, âgé de 52 ans, économe de l’hôpital.
Son nom ne figure sur aucun monument aux morts.
Sources

SOURCES : Registres matricules militaires Autun.— État civil (actes de naissance et décès).

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable