Né le 22 août 1926 à Autun (Saône-et-Loire), exécuté sommairement le 26 août 1944 à La Loyère (Saône-et-Loire) ; clerc de notaire ; résistant de l’armée secrète (AS) de l’autunois.

Georges Volatier était le fils de Pierre et de Clotilde Marie Jeanne Delsignore. Il était célibataire et domicilié à Autun. Il exerçait la profession de clerc de notaire.
Malgré sa jeunesse, il entra dans la Résistance dès le début 1942 au maquis de l’armée secrète (AS) “Socrate” et effectua le transport des armes destinées au maquis. Il fut arrêté dans la nuit du 14 au 15 août 1944, à 3 heures du matin, par la Sipo-SD de Chalon-sur-Saône, en même temps que Lucette Billard et de nombreux autres Autunois. Conduit à la mairie d’Autun, il fut atrocement torturé. Lucette Billard témoignera : “C’est alors que des SS sortirent de la salle de mariage, le traînant par les pieds, mon petit voisin Georges. Deux heures à peine s’étaient écoulées depuis son arrestation, deux heures avant moi, et voilà ce qu’ils avaient fait de lui : il était défiguré, son visage tuméfié, sa chemise blanche déchirée laissant apparaître des plaies ouvertes [….]. Il ne pouvait plus dire un mot.”. Il fut interné à la prison de Chalon-sur-Saône. Le 26 août 1944 il fut extrait de sa cellule et conduit à la sortie de Chalon puis fusillé avec d’autres vers 11h15 au lieu-dit “le paquier de Condemène”, à La Loyère (Saône-et-Loire).
Il est inhumé au cimetière communal, à Autun (Saône-et-Loire).
Il obtint la mention « Mort pour la France » ainsi que la Médaille militaire, la Croix de guerre 39-45 avec palme et la Médaille de la Résistance à titre posthume.
Il fut homologué comme soldat des Forces françaises de l’Intérieur (FFI) et obtint le titre de "Déporté et interné résistant".
Son nom figure sur le monument commémoratif, à Farges-lès-Chalon et sur le monument aux morts, à Autun (Saône-et-Loire).
Sources

SOURCES : Musée de la Résistance en ligne, Roland Tartreaux, Chemins de Mémoire en Chalonnais, ANACR, 2016.— Mémorial Genweb.

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable