Né le 15 septembre 1888 à Ploërmel (Morbihan), mort sous la torture en prison à Rennes (Ille-et-Vilaine) le 10 juin 1944 ; cafetier et réparateur de cycles ; FFC et FFI.

Joseph Chérel
Joseph Chérel
SOURCE : René Le Guénic,
Morbihan, Mémorial de la Résistance
Sur le monument des martyrs de la Résistance</br> à Ploërmel
Sur le monument des martyrs de la Résistance
à Ploërmel
SOURCE :
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson
Joseph Chérel était le fils de François Marie Chérel, serrurier, et de Marie Guilloux, ménagère.
Ancien combattant de la 1ère guerre mondiale, il était animé d’un puissant sentiment patriotique qu’il communiqua à ses enfants.

Il s’engagea avec son fils Louis Chérel dans le réseau Action M des Forces française combattantes (FFC). Le 23 mai 1944, à la suite de nombreux attentats sur voies ferrées réalisés par les Francs-tireurs et partisans français (FFI), les Allemands et les miliciens bretons du Bezen Perrot procédèrent à une série d’arrestations, dont celle de Joseph Chérel interpellé dans son garage à Ploërmel (Morbihan). Après avoir été roué de coups, il fut emmené à la prison de Vannes (Morbihan) d’où il sortit le visage tuméfié et méconnaissable. Transféré au Fort Penthièvre en Saint-Pierre-Quiberon (Morbihan), puis à nouveau à la prison de Vannes, il fut finalement conduit à Rennes (Ille-et-Vilaine) au camp Margueritte, annexe de la prison Jacques Cartier. Il y décéda le 10 juin 1944 « de mort naturelle » selon le médecin légiste. Cependant la famille constata, quand le corps lui fut remis, qu’il présentait des plaies aux tempes semblables à celles provoquées par un casque utilisé comme un étau.
Son fils, Louis Chérel a été fusillé le 30 juin 1944 sur le polygone de tir de la Maltière à Saint-Jacques de la Lande (Ille-et-Vilaine). Ses filles Joséphine, Yvonne et Marie s’iengagèrent aussi dans la Résistance. Marie Chérel a été déportée le 4 août 1941 dans les prisons allemandes de Karlsruhe, puis de Cologne.

Joseph Chérel a obtenu la mention « Mort pour la France ». Il a été homologué FFI et FFC. Le titre d’Interné-résistant lui a été attribué à titre posthume.

Son nom est inscrit sur le monument des martyrs de la Résistance à Ploërmel, où une rue porte le nom de « Joseph et Louis Chérel ».
Sources

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 44 022. — SHD, Vincennes, GR 16 P 126432. — Roger Leroux, Le Morbihan en guerre 1939-1945 Joseph Floch imprimeur éditeur à Mayenne, 1978. — René Le Guénic, Morbihan Mémorial de la Résistance (photo), Imprimerie Basse Bretagne, Quéven, 2013. — État civil, Ploërmel (acte de naissance).

Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Version imprimable