Né le 22 mai 1909 à Jassy ou Bucarest (Roumanie), de nationalité roumaine, présumé exécuté sommairement le 12 juillet 1944 à Toussieu (Isère, Rhône) ou à Genas (Isère, Rhône depuis 1968) ; clerc d’avoué et ingénieur agricole ; résistant FTPF-FFI.

Emil Rosenstein (dit Émile Rosenstein) était juif roumain. Il était le fils de Filip et de Toni Shtein. Il était marié à Hilda. Il émigra en France et demeura 4 rue Edmond Rousse à Paris (XIVe arr.). Il fut clerc d’avoué et ingénieur agricole.
Emile Rosenstein, alias Rolland Olivier, fut résistant FTPF-FFI. Sa femme semble avoir eut également des activités dans la Résistance.
Émile Rosenstein fut arrêté le 4 juillet 1944 à Lyon (Rhône) par la Milice au cours d’une rafle, place Henri (IIIe arr.). Il fut conduit à la prison de Montluc et incarcéré dans la « baraque aux Juifs ».
Le 12 juillet 1944, à 17h30, il fut appelé avec les détenus Koniki* et Meller* (ou Neller), pour être transporté dans les locaux de la Gestapo, place Bellecour. Disparu à cette date, il fut considéré comme probablement fusillé à Genas (Isère, Rhône) ou Toussieu (Isère, Rhône).
En effet, le 12 juillet, cinquante prisonniers de Montluc furent exécutés à Genas et Toussieu. Dix d’entre eux ne furent pas identifiés. Par ailleurs, à cette date, aucun convoi important ne quitta Montluc en direction de Compiègne ou de Drancy. Seuls, vingt-six détenus, dont les noms étaient connus et parmi lesquels ne figurait pas Émile Rosenstein, furent dirigés vers l’Allemagne pour y travailler.
Émile Rosenstein fut homologué capitaine des Forces françaises de l’intérieur (FFI). Il obtint le titre d’interné résistant et fut reconnu Mort pour la France.
Voir les monographies de Toussieu et de Genas
Sources

SOURCE : Arch. Dép. Rhône, 3460W1 (liste de la baraque de Montluc), 3335W30, 3335W22, 3335W11 (fichier Montluc, fiches et dossiers de Meller ou Neller, Koniki et Émile Rosenstein).— SHD, Vincennes, inventaire de la sous-série GR 16P.— Journal officiel de la République française, 14 novembre 1947.— Mémoire des hommes.— Site Internet de Yad Vashem.

Jean-Sébastien Chorin

Version imprimable