Né le 27 août 1884 à Bugeac, commune de Grèzes (Haute-Loire), massacré le 10 juin 1944 à Clavières (Cantal) ; cultivateur ; victime civile.

Joseph, Augustin, "Auguste" Pichot était le fils de Augustin Pichot et de Marie Longeon. Il était marié avec Jeanne Léontine Reversac. Cultivateur à Clavières. Il a été tué et brûlé à son domicile le 10 juin 1944 par l’armée allemande en représailles des combats livrés le jour même sur la commune entre les FFI et les troupes allemandes. Il était âgé de 60 ans.
Lors de cette première journée d’exactions, trois civils furent massacrés dans le village :
- Pierre Johany, revenant de conduire ses vaches dans un pâturage est tué tout près de l’église d’une balle dans la nuque.
- Pierre Bonhomme et Auguste Pichot sont tués et en grande partie carbonisés dans leurs maisons incendiées.
Par ailleurs, un maquisard égorgé fut trouvé dans une crèche de la ferme Pichot.
Son nom est gravé sur la plaque apposée dans l’église de Clavières en hommage "Aux victimes de la barbarie allemande, 10 et 11 juin 1944", ainsi que sur le monument de la Résistance de Saint-Flour (Cantal).
Il fut déclaré "Mort pour la France".
Bonhomme Pierre
Chassang Baptiste
Coutarel Raymond
Johany Pierre
Johany Maria
Johany Yvonne
Lèbre Adrien
Pichot Augustin.
Sources

SOURCES : Jean Favier, Lieux de mémoire et monuments du souvenir. Cantal, 1940-1944, Aurillac, Association des Maquis et Cadets de la Résistance du Cantal, 2007. — Bernadette Vigier-Soulier, "10 et 11 juin 1944 à Clavières-de-Montagnes, J’avais 17 ans" .— État civil (AD 15) et Clavières .— MémorialGenweb.

Patrick Bec

Version imprimable