Né le 9 août 1924 à Firminy (Loire), exécuté sommairement par la police allemande le 22 avril 1944 à Araules (Haute-Loire) ; résistant au sein des Francs-tireurs et partisans (FTP) du camp Wodli.

Félix Zdvoik, dont on retrouve le nom orthographié parfois Zowoik ou Zdwoik, et qui a un dossier aux AVCC de Caen sous le nom de Félix Stroyek, était le fils de Louis, mineur, et Catherine Rechnio, ménagère, qui habitaient à Firminy (Loire).
Réfractaire au STO, il rejoignit la résistance au sein des Francs-Tireurs et partisans de la Haute-Loire.
Une attestation de la XIV° Région militaire, subdivision de la Loire, assure que Félix Stroyek (sic) a été incorporé le 29 janvier 1944 au sein du 312ème Bataillon FTP, camp Wodli et qu’il a participé à toutes les opérations de ce camp jusqu’au 23 avril 1944, date à laquelle il aurait été tué à Faurie en Haute-Loire.
Suite à l’exécution d’un milicien à Yssingeaux (Haute-Loire) le 17 avril par la Résistance, une vaste opération fut menée par la police allemande aidée de miliciens dans le secteur d’Yssingeaux le 22 avril 1944. Plusieurs personnes furent arrêtées, des jeunes maquisards exécutés sommairement, ainsi que plusieurs civils soupçonnés d’être des maquisards ou de les avoir aidés.
Un groupe de réfractaires au STO avait trouvé refuge dans l’un des hameaux d’Araules, à Montbuzat, lieu-dit de Chièze. La population les aidait et assistait pour subsister. Ces jeunes relevaient du camp FTP Wodli.
Alors qu’un contrôle de la police allemande est fait à La Champ des Cayres, commune d’Yssingeaux, trois jeunes qui traversaient la route à hauteur du village sont pris en chasse par une voiture allemande et faits prisonniers. Il s’agit de Joseph Chabanne, Marius Lisiak et Félix Zdvoïk.
Ce dernier qui accompagna la colonne une partie de la matinée en portant sous la menace une caisse de munitions, fut abattu de plusieurs balles dans le dos à Arnissac, où les Allemands avaient laissé leurs véhicules.
Les corps des neuf victimes, maquisards et civils, tuées ce jour, furent descendus à Montbuzat où ils furent reconnus le lendemain par des jeunes des groupes de maquisards de la région.
Felix Zdvoik a été reconnu « Mort pour la France », mort au combat, homologué FFI.
Une stèle commémorative érigée en 1945 à Araules, rappelle ces événements tragiques qui coûtèrent la vie à neuf personnes. Une stèle à son nom a également été élevée à Araules là où il fut exécuté. Il est inscrit : " A la mémoire de Félix ZDWOIK FFI. mort pour la France le 22/04/1944."
Sources

Sources : AVCC Caen, 21 P 161256. Dossier Félix Stroyek .— AVCC Caen, AC 21 P 173240. Dossier de Felix Zdvoik (nc) .— SHD Vincennes : GR 16 P 606725 . Dossier de résistant de Felix Zdvoik (nc) .— Fernand Boyer, Témoins de pierre du sang versé. Les monuments de la résistance en Haute-Loire, Le Puy, éditions de la Société académique, 1983 .— MémorialGenweb .— Mémoire des Hommes .— Listes des morts du camp Wodli. Archives privées Alphonse Rozier .— état-civil Firminy.

Eric Panthou

Version imprimable