Né le 30 mars 1908 à Falleron (Vendée), exécuté sommairement le 1er septembre 1944 à Apremont (Vendée) ; instituteur public ; résistant.

Amédée Chailloux était le fils d’Auguste, Eugène Chailloux, âgé de 43 ans, sabotier et de d’Angèle, Pélagie Favreau, âgée de 41 ans, journalière, tous deux domiciliés au lieu-dit La Jaubretière, commune de Falleron. Il épousa le 4 août 1930 à Grand’Landes (Vendée) Hélène, Andrée Rabaud. Il était en 1944 instituteur public au bourg d’Apremont, vraisemblablement engagé dans la Résistance. Le 31 août 1944, une unité allemande se repliant de l’île de Noirmoutier et se dirigeant vers la poche de La Rochelle en cours de constitution, cantonna pour la nuit à Apremont, au sud de Challans. L’un des détachements parvint à Apremont vers 1 heure du matin et se fit conduire à la mairie, qui était également le bâtiment de l’école publique, au-dessus de laquelle se trouvait l’appartement de l’instituteur Amédée Chaillou. Celui-ci dut conduire l’officier allemand chez le maire qui proposa l’école publique comme logement possible pour les troupes. A quatre heures du matin (selon l’acte de décès) dans des circonstances confuses, à proximité du domicile du maire, plusieurs coups de feu éclatèrent. Amédée Chailloux fut tué sur le coup, son acte de décès le déclara fusillé par les Allemands.
Il obtint la mention mort pour la France et fut homologué DIR (déporté et interné de la Résistance). Son nom est inscrit sur le monument aux morts d’Apremont. Une plaque fut apposée après la guerre à l’endroit où il fut abattu, rue du Docteur Dorion, et une rue d’Apremont porte son nom.
Son nom apparaît dans la liste établie par le SNI (Syndicat National des Instituteurs) après la guerre « En hommage à ceux qui sont tombés, à nos morts, héros et martyrs », parmi 11 noms d’instituteurs de Vendée. Lors d’une cérémonie officielle rendue le 1er novembre 1944 à La Roche-sur-Yon en l’honneur des martyrs de la Résistance, le discours de l’orateur M. Etoubleau (La Vendée Libre du 5 novembre 1944) reprit l’exemple des deux instituteurs d’Apremont, Amédée Chaillou, instituteur de l’école publique et Louis Denis instituteur de l’école privée : « Dans la tombe seront réunis les maîtres des deux écoles d’Apremont. Ainsi les deux martyrs attesteront par le même supplice, de l’unité refaite des Français en face de l’occupant qui a jalonné les chemins et sentiers, les carrières et les bois, de corps mutilés, à l’effrayant rictus, et dont le regard aura gardé l’image du doux pays pour lequel ils sont morts ».
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Vendée (état civil) — SHD Vincennes dossier résistant GR 16 P 116790 (non encore consulté) — Michel Gautier Occupation et Résistance en Vendée Geste Éditions, 2017 — Mémoire des Hommes — mémorial genweb.

Michel Thébault

Version imprimable