Né le 5 mars 1920 à Étobon (Haute-Saône), exécuté sommairement le 27 septembre 1944 à Chenebier (Haute-Saône) ; cultivateur ; résistant des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

René Bauer était le fils de Louis David et de Louise Amélie Pourchot. Il était célibataire et domicilié à Étobon (Haute-Saône), où il exerçait le métier de cultivateur.
Les soldats nazis qui fuyaient devant les troupes alliées, étaient en même temps harcelés par les résistants depuis plusieurs jours. Le 9 septembre 1944 un officier supérieur, probablement un général, fut tué par les maquisards du Chérimont. Le 27 septembre 1944, à Étobon les soldats allemands, en majorité des cosaques décidèrent en représailles de rassembler tous les hommes valides, et de les conduire à Héricourt, afin d’y effectuer des travaux de défense. Mais ils choisirent finalement de s’arrêter avec leurs otages à Chenebier. Vers seize heures 27 d’entre eux dont le pasteur furent chargés dans des charrettes et conduits vers la frontière pour être déportés. Les autres au nombre de 40 furent abattus à la mitraillette par groupes de dix hommes, contre le mur du temple protestant.
L’acte de décès fut transcrit à Étobon le 11 août 1947.
René Bauer obtint la mention « Mort pour la France » et le titre de "Déporté et interné résistant" (DIR). Il fut homologué comme soldat des Forces françaises de l’intérieur (FFI) [dossier SHD Vincennes GR 16 P 39411].
Son nom figure sur la plaque commémorative 1939-1945 des fusillés, à Chenebier (Haute-Saône).
Sources

SOURCES : Maitron des fusillés Chenebier, massacre dit d’Étobon (27 septembre 1944).— Wikipédia et nombreux sites internet.— Mémorial Genweb.— État civil (acte de décès).

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable