Né le 5 mai 1926 à Alès (Gard), exécuté sommairement le 14 août 1944 aux Portes-lès-Valence (Drôme) ; résistant FTPF, homologué Forces françaises de l’Intérieur et interné résistant (DIR).

André, Victorin Sévenier était le fils de Victorin Sévenier et de Louisa Delas, son épouse.
En 1936, la famille habitait quartier des Terrasses, au Teil (Ardèche). André était le troisième enfant d’une fratrie de quatre. Son père était alors employé au PLM.
Il devint par la suite marchand de charbon et transporteur.
Il s’engagea dans la Résistance et rejoignit les rangs de la 7109e compagnie de FTPF de l’Ardèche. Ses services sont homologués du 23 juin au 12 août 1944.
André Sévenier, blessé, fut admis dans un hôpital de Valence (Drôme). Il fut enlevé avec deux autres de ses camarades (Jean Chaffanjeon, originaire de la Loire, et un inconnu) par des Allemands pour venger l’un des leurs. Ils furent exécutés sommairement, fusillés à la Gravière de Portes-lès-Valence (Drôme) le 14 août 1944.
André Sévenier obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué résistant, membre des Forces françaises de l’Intérieur, et interné résistant (DIR).
Il fut décoré de la Médsaille de la résistance à titre posthume par décret du 8 septembre 1961 paru au JO du 22 septembre 1961.
Son nom est inscrit sur le monument aux morts et sur une plaque commémorative au cimetière, au Teil, sur la stèle des fusillés de Portes-les-Valence et sur le monument commémoratif départemental à Mirmande-Saulce-sur-Rhône).


Portes-lès-Valence (Drôme), 8 juillet et 14 août 1944
Sources

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 674597 (nc). — SHD, Vincennes, GR 16 P 546851 (nc) ; GR 19 P 7/10, p. 4. — Arch. Dép. Ardèche, recensement, Le Teil, 1936, p. 90. — René Ladet, Ils ont refusé de subir, 1987, p. 341. — Stèle des fusillés Portes. Monuments du Teil et mémoire familiale. — Mémoire des Hommes — Mémorial GenWeb. — Geneanet.

Francis Barbe, Michel Thébault, Jean-Luc Marquer

Version imprimable