Né le 14 février 1926 à Finhan (Tarn-et-Garonne), mort en action le 20 août 1944 à Montech (Tarn-et-Garonne) ; résistant communiste, AS.

Jean Lacaze en 1940.
Après des études secondaires aux lycées de Montauban et de Cahors (il est, à dix-sept ans, bachelier en mathématiques et en philosophie), il entra à la faculté de Toulouse où il obtint deux certificats de licence de lettres.
Engagé très jeune dans la Résistance aux côtés des communistes, il participa à la 10e compagnie de l’Armée secrète. Il effectua des sabotages avec le groupe Bes. Il laissa un lettre émouvante et de belle facture à ses parents le 17 août 1944, pour annoncer qu’il partait prendre part au soulèvement général. Il fut tué le 20 août 1944 dans le combat de la Vitarelle (Montech).
Jean Lacaze est l’auteur de trois recueils de poèmes : Chants de départ ; Le Cœur de verre et Tel un fils d’homme. Seul, Chants de départ sera publié, par les soins de son père, en 1947, avec une préface d’André Gide. Son père Raymond Lacaze publiera en 1950 un témoignage sur la vie et la mort de son fils : Qu’on me permette d’en parler.
Reconnu Mort pour la France, il a été homologué FFI au titre de l’AS et décoré de la Croix de guerre et de la Médaille militaire.
Une place de La Virarelle porte son nom ainsi que la médiathèque municipale.
Son nom est gravé sur le monument aux morts de Finhan, et à Montauban dans le collège Ingres ainsi que sur la stèle de Montech au croisement de la N113 et de la D928, près de Montech, lieu-dit Lavitarelle. "Ici, les 19 et 20 août 1944, 130 hommes des FFI du maquis de Lavit ont attaqué 2 colonnes allemandes dont une de 3000 hommes".
Sources

SOURCES : Jacques Latu, Le maquis des Carottes, éditions Arkheia, Montauban, 2003. — SHD Vincennes GR 16 P 326571 (nc). — MémorialGenweb. — Notes Annie Pennetier.

Jean-Paul Damaggio

Version imprimable