Né le 22 novembre 1912 à Bourges (Cher), mort au combat le 24 août 1944 à Montluçon (Allier) ; cordonnier à Montluçon ; résistant au sein des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

plaque commémorative à son nom Quai Rouget-de-Lisle à Montluçon.
Fils naturel de Berthe Cajat, sans profession, domiciliée alors à Bourges (Cher), Jean Cajat devint cordonnier. Il était célibataire et vivait à la même adresse que sa mère, cité Dunlop 52 rue Principale à Montluçon (Allier).
Il s’engagea au sein de la Résistance avec les FFI. Il participa à ce titre aux combats pour la libération de Montluçon. La décision de prendre Montluçon intervint dans le mouvement d’ensemble pour la libération du territoire mais fut aussi motivée par la volonté de réagir à l’exécution de 42 patriotes fusillés le 14 août dans la banlieue de la ville à Prémilhat.
Ce sont près de 1.500 FFI qui se rassemblent pour prendre la ville, issus du Puy-de-Dôme, de la Creuse, du Cher et surtout de l’Allier, MUR et FTP.
Les combats se concentrèrent notamment dans le quartier des casernes. Jean Cajat fut tué aux côtés de Jean Gayon le 21 août, au second jour des combats, vers 20h30 au square Fargin Fayolle.
La ville fut libérée le 25 août au prix de 42 FFI tués au combat.
Il a été reconnu Mort pour la France, homologué FFI.
Son nom figure sur le Mémorial de la Résistance en hommage aux Résistants Morts à la Libération de Montluçon qui comporte 32 noms et sur la plaque commémorative à son nom Quai Rouget-de-Lisle à Montluçon.
Sources

SOURCES : AVCC Caen : (pas de dossier). — SHD Vincennes : GR 16 P 101220, dossier Jean Cajat (nc). —http://histoire-et-genealogie.over-blog.com/2015/08/les-combats-de-la-liberation-de-montlucon.html. — André Touret, Montluçon, 1940-1944 : la mémoire retrouvée, éditions Créer, 2001, 325 p. — MémorialGenweb. — État civil Montluçon et Bourges.

Eric Panthou

Version imprimable