Né le 22 février 1902 à Saint-Mihiel (Meuse), exécuté le 28 août 1944 à Villers-sur-Coudun (Oise), résistant FFI.

Fils de l’officier Maurice Séguineau de Préval (1872-1961) et de Louise Hennet de Bernoville (1897-1963), Jacques Séguineau de Préval entra à l’école militaire de Saint-Cyr (37e promotion « La devise du drapeau », 1920-1922) et se distingua lors de la campagne du Maroc : blessé à Taza en 1926, il parvint à ramener sur son dos un de ses hommes ce qui lui valut une citation. De retour en France, il suivit les cours de lieutenant instructeur de Saumur et sortit major de sa promotion. Il se maria le 19 mars 1931 à Cannes avec Marcelle Nesme (1901-1976) et fut père d’un enfant. Commandant de cavalerie, chef d’escadrons, il demeura au château de Venette durant l’occupation et se rapprocha de la Résistance locale.
Le 27 août 1944, l’état-major FFI de l’Oise ayant mis en action les groupes actifs, le groupe n°1 des FFI de Compiègne créa un maquis de 21 hommes dans les ruines du château de Rimberlieu, entre Villers-sur-Coudun et Giraumont. Le 28 août 1944, vers six heures du matin, les FFI placés sous la direction du lieutenant Leroy-Sainte-Marie furent attaqués par un détachement allemand. Quinze d’entre eux parvinrent à s’échapper. Les six autres, Jacques Séguineau de Préval, Pierre Forest, Albert Lagny, Roger Lescot, Irénée Marié et Paul Plonquet furent encerclés et capturés par les Allemands qui s’emparèrent d’armes et de munitions. Considérés comme des « terroristes », les six FFI furent torturés, exécutés sur place et enterrés dans deux fosses qui ne furent dégagées que deux jours plus tard, peu après la libération par les Américains.
Jacques Séguineau de Préval était chevalier de la Légion d’Honneur, décoré de la Croix de Guerre 39/45, de la médaille coloniale et de la médaille de la Résistance. Mort pour la France, une rue de Venette porte son nom. Son corps repose dans le cimetière communal de Venette.
Son frère Joseph, colonel de cavalerie, prisonnier évadé en 1940, parvint à rejoindre l’Afrique du Nord et participa à la libération de la métropole dans l’armée de Lattre. Il libéra Colmar avec son groupement de chars en février 1945.
Un monument dit « de Rimberlieu » rendant hommage aux six FFI martyrs fut érigé grâce à la générosité des habitants de Giraumont, Villers-sur-Coudun et Coudun à l’entrée de la propriété du château. Il fut inauguré le 10 décembre 1944.
Exécution de six FFI à Rimberlieu, commune de Villers-sur-Coudun (Oise) le 28 août 1944
Sources

SOURCES : AC 21P152156. — Jean-Pierre Besse , Jean-Yves Bonnard , FrançoiseLeclère-Rosenzweig, Les maquis de l’Oise, CDDP de l’Oise, 2010. — Monument de Rimberlieu à Villers-sur-Coudun. — Monument commémoratif de Venette.

Jean-Yves Bonnard

Version imprimable