Né le 14 janvier 1890 à Lille (Nord), massacré le 22 mai 1940 à Vanlicourt, commune de Berles-Monchel (Pas-de-Calais) le 22 mai 1940 ; cheminot ; victime civile.

Fils d’un entrepreneur peintre en voiture, excellent dessinateur, Émile Monnez fut élève à l’École des beaux-arts de Lille. Il obtint une médaille d’Or à l’Exposition universelle de Paris en 1908. Mobilisé en 1912, ancien combattant de la Première Guerre mondiale, il avait consacré près de sept ans à l’Armée. Libéré e 1919, il travailla comme peintre automobile avec son père. Marié, il vécut à Hellemmes près de Lille et entra comme peintre aux ateliers du Matériel de la compagnie du Nord. Il fut sous-chef de brigades d’ouvriers.
Comme les autres cheminots du dépôt d’Hellemmes il dut se replier à Berles-Monchel (Pas-de-Calais) au début de la Seconde Guerre mondiale.
Le 22 mai 1940, une colonne du SS-Infanterie-Regiment 2 de la division Totenkopf, prétextant le fait qu’un soldat SS aurait été abattu par un soldat isolé, massacrèrent en représailles 45 ou 46 hommes du hameau de Vandéliocourt dont Émile Monnez.
Son nom figure sur le monument au mort des ateliers d’Hellemmes et au monument du centre d’apprentissage qui le faisait travailler comme moniteur.

Berles-Monchel (Pas-de-Calais), hameau de Vandélicourt, 22 mai 1940
Sources

SOURCES : AVCC, 21 P 379648. — A la mémoire des agents des ateliers d’Hellemmes victimes de la guerre 1939-1940, brochure. — Mémorial des cheminots, op. cit., notice par Laurent Thiery.

Claude Pennetier

Version imprimable