Né le 17 novembre 1927 à Fontaines-sur-Marne (Haute-Marne), massacré le 29 août 1944 à Couvonges (Meuse) ; commis de culture ; victime civile.

Marcel Angelot était le fils de Georges Henri et d’Irène Louise Muller. Il était célibataire et exerçait le métier de commis de culture à Couvonges.
Le 29 août 1944, le Panzergrenadier régiment 29 de la 3e Panzergrenadiere division arrivant d’Italie par chemin de fer fut retardé par un sabotage de la voie ferrée à Saint-Dizier (Haute-Marne). Un officier fut blessé ou tué lors d’un accrochage avec le maquis au lieu-dit "La Belle Épine". Cette unité massacra 86 habitants de quatre villages de la vallée de la Saulx : Beurey-sur-Saulx, Couvonges, Mognéville et Robert-Espagne. Le scénario fut à peu près le même pour tous ces villages : entrées et sorties verrouillées, rafle des hommes rentrés à la maison pour le repas de midi, maisons fouillées et incendiées, etc.
À Couvonges, sur les 44 hommes âgés de 17 à 85 ans que comptait le village, 26 furent fusillés ou massacrés à leur domicile. 54 habitations sur 60 furent détruites.
Marcel Angelot figurait au nombre des victimes. Il fut exécuté avec 22 autres otages près de la gare, dans un pré à la sortie est du village. Il fut inhumé avec eux, au cimetière de l’église Saint-Brice, à Couvonges.
Il obtint la mention « Mort pour la France ».
Son nom figure sur le mémorial des fusillés 1939-1945, à Couvonges et sur le monument aux morts, à Beurey-sur-Saulx (Meuse).
Sources

SOURCES : Site Le Bouchon-sur-Saulx, La Vallée de la Saulx 1939-1945 - Le massacre de la vallée de la Saulx.— L’Est Républicain du 25 août 2011 Maudit 29 août, article de Karine Diversay et témoignage de Jean-Pierre Harbulot, historien.— Mémorial Genweb.

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable