Né le 21 mai 1909 à La Boisse (Ain), exécuté sommairement le 9 juin 1944 à Cormoranche-sur-Saône (Ain) ; chenilleur ; résistant des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Émile Brun était le fils d’Émile Étienne, chenilleur et de Jeanne Marie Péraud, sans profession. Il était célibataire et exerçait le métier de chenilleur. Il était domicilié à Grièges (Ain).
Il entra dans la Résistance aux maquis de l’Ain et aux Forces françaises de l’intérieur (FFI).
Le 9 juin 1944 sept résistants FFI des maquis de l’Ain tentèrent d’intercepter au port d’Arciat, à Crèches-sur-Saône (Saône-et-Loire), un convoi de la Wehrmacht qui se repliait. Ils furent arrêtés et fusillés à 15 heures à Cormoranche-sur-Saône (Ain), situé juste en face de l’autre côté de la Saône. Émile Brun et ses camarades Antoine Chaffurin, Simon Chaffurin, Joseph Dubois, Marcel Dussurget, furent exécutés au hameau du Guidon, Marcel Gaudinet au hameau du Bourg et Yvon Marion, au lieu-dit La Faiselle.
Il obtint la mention « Mort pour la France » portée sur son acte de décès.
Son nom figure sur la stèle commémorative, à Cormoranche-sur-Saône et sur le monument aux morts, à Grièges (Ain).
Sources

SOURCES :Journal Le Progrès de l’Ain et du jura du 15 juin 2016 Pour ne pas oublier les événements du 9 juin 1944.— Musée de la Résistance 1940-1945 en ligne, Données extraites du CD(DVD)-ROM : La Résistance dans l’Ain et le Haut-Jura (2013).— Mémorial Genweb.— État civil (actes de naissance et décès).

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable