Né le 15 décembre 1915 à Le Mans (Sarthe), mort au combat le 28 août 1944 au Cheix-sur-Morge (Puy-de-Dôme) ; militaire ; résistant.

Militaire il servait dans le 4e Régiment de la Garde Républicaine, Escadron 8 -Légion de Gendarmerie Mobile. Avec d’autres éléments de la Garde il passèrent au maquis et l’Etat Major des FFI leur confia alors différentes missions. Il fut tué lors du Combat de Sardon le 28 août 1944.
A partir du 25 Août 1944, des FFI opérèrent à l’extérieur de Vichy comme dans tout le département de l’Allier. Une vigoureuse action de guérilla fut déclenchée pour couper la retraite des garnisons allemandes qui se déplaçaient en empruntant les grands axes Sud-Nord (Riom, Gannat, Moulins) et Ouest-Est (Saint-Pourçain,Lapalisse Digoin).
Le 28 août 1944 un barrage tenu par les escadrons 8/4 du Capitaine Brustel subirent toute la matinée les coups de boutoir de l’ennemi. En avant garde, le peloton de l’adjudant Nicolas se heurta à des chars. Au cours de l’action, ce gradé se porta auprès des Gardes Mordret et Chabortel. C’est précisément lors de cette action que Mordret Raymond fut grièvement blessé et décéda rapidement.
Il a été reconnu « Mort pour la France ».
Son nom est inscrit sur la Stèle des Combats de Sardon-Gardes située entre Surat et Thuret (Puy-de-Dôme).
Sources

SOURCES : AVCC, AC 21 P 91929. Dossier Mordret Raymond (non consulté) .— SHD Vincennes, GR 16 P 429160. Dossier Mordret Raymond (non consulté ) .— Claude Gazals, La Garde sous Vichy, Editions de La Musse 1970 .— MémorialGenweb.

Huguette Juniet

Version imprimable