Né le 12 avril 1920 à Montataire (Oise), mort au combat le 15 août 1944 à Barjac (Lozère) ; résistant au sein des Forces françaises de l’intérieur (FFI)

Monument aux Morts de Mirefleurs
Fils de Giuseppe et de Teresa Toesco, d’origine italienne, Pascal Banterla est le plus jeune de trois garçons de la famille. L’aîné, Bruno, fut tué dans la Marne le 12 juin 1940 lors des combats contre les troupes allemandes. Pascal habitait avec sa famille à Mirefleurs (Puy-de-Dôme) en 1944.
Il entra dans la Résistance à Clermont-Ferrand. Il se cacha un certain temps à Saint-Chély-d’Apcher (Lozère) chez Philippe Jacquet, instituteur. Il rejoint ensuite le maquis de Haute-Lozère sous les ordres du capitaine Champion.
Au PC de l’état major FFI de la Lozère à Marjevols, les responsables décidèrent le 13 août de couper la Route Nationale 88 entre Bec de Jeu et le Villaret près de Balsièges pour isoler les troupes allemandes. Le lieutenant Dicky fut chargé de l’opération avec sa compagnie d’une quarantaine d’hommes.
Arrivé à Barjac, le convoi continua sa route mais il fit alors face à une embuscade. Tout en répliquant à l’ennemi, les maquisards durent se replier, laissant derrière eux plusieurs morts et blessés. Lors du ratissage qui suivit, les blessés furent achevés. 25 FFI sont morts dans cette embuscade. Parmi eux, Bernard Banterla.
Quatre prisonniers emmenés à Mende par les troupes allemandes furent fusillés le 17 août. Deux ou trois pris au bord du Lot, figurent parmi les fusillés du Pont Vieux à Chanac, le 16 août 1944.
On compta 9 survivants, dont le lieutenant Dicky.
L’auteur de la trahison ayant permis cette embuscade fut confondu puis fusillé le 31 août 1944 après avoir été condamné à mort.
Inhumé à Saint Chély d’Apcher, il est, en novembre 1944, ramené aux Martres de Veyre. Sa mère, âgée de 62 ans, n’a plus qu’un fils, le second, marié, qui se bat lui aussi, en avril 1945, sur le front contre les Allemands. Les difficultés d’identification retardent le versement des sommes dues aux familles. L’ami de Pascal, Philippe Jacquet, intervient auprès du Comité départemental de Libération (CDL) pour solliciter une aide pour cette mère dans le besoin. Il faudra attendre le jugement du tribunal civil de Marvejols du 5 juin 1946 pour officialiser le décès de Pascal et de ses camarades.
Pascal Banterla a été reconnu "Mort pour la France", homologué FFI.
Son nom figure à Barjac sur la Stèle commémorative 1939-1945, à Mirefleurs sur le Monument aux morts, et à Montataire sur le Monument aux morts.
Sources

SOURCES : Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 496 : liste des fusillés, des massacrés dans la région du Puy-de-Dôme, 1er mars 1945 .— AVCC, AC 21 P 13178, dossier Pascal Banterla (nc). — SHD Vincennes, GR 16 P 30524, dossier Pascal Banterla (nc). — Mairie de Barjac. Registre d’état-civil de 1946. Acte n° 12, du 24 septembre 1946, transcription du jugement du Tribunal civil de Marvejols du 5 juin 1946 .— Stèle de l’embuscade de Barjac .— Musée de la Résistance en ligne, informations transmises par Fabrice Bourrée, le 22 mai 2019 .— Mémorialgenweb .— état civil Barjac.

Eric Panthou

Version imprimable