Né le 25 juin 1930 à Le Brethon (Allier), massacré en s’enfuyant le 8 août 1944 à Saint-Plaisir (Allier) ; écolier ; victime civile.

Michel est le fils de Georges et de Marie Louise, née Aufauvre. Ses parents étaient agriculteurs.
Le 8 août 1944 un commando de chasse de la Wehmacht procéda à une vaste opération de ratissage en forêt de Civrais où étaient rassemblés prés de 500 maquisards (FTP et AS). Une compagnie de l’AS était stationnée aux abords de la ferme Péguy à la Bouillole, lorsqu’un des éléments de ce commando fit éruption dans la cour de la ferme. Après avoir ordonné à la famille Péguy de se rassembler dans la cour, sauf le jeune Michel, 14 ans, qui à leur arrivée s’était caché sous le hangar, les Allemands dont beaucoup parlaient français intimèrent l’ordre à un enfant de décharger une caisse et de l’entreposer sous le hangar. A cet instant précis, une violente fusillade éclata entre les éléments du maquis et les Allemands. En s’enfuyant, Michel Péguy, pris pour un maquisard, fut tué. Un ouvrier espagnol qui travaillait aux champs, blessé, fut achevé. Le feu s’étant déclaré au hangar embrasa alors toute la ferme. Cet engagement devait durer plusieurs heures. Malgré les efforts faits par les Allemands pour les réduire, les FFI purent décrocher, abandonnant 8 tués. Les pertes allemandes demeurent inconnues car les assaillants furent à leur tour attaqués par un élément FTP espagnol qui détruisit une auto blindée et un camion avec ses occupants.
Son nom figure sur le Monument aux Morts ainsi qu’une stèle à Saint-Plaisir.
Sources

SOURCES : Gilles Lévy, Guide des maquis et hauts-lieux de la Résistance d’Auvergne, Paris, presses de la Cité, 1986, 190 p. .— Généanet (acte de naissance) .— Mémorialgenweb.

Eric Panthou

Version imprimable