Né 2 octobre 1924 à Bourtzewiller, commune de Mulhouse (Haut-Rhin), exécuté sommairement par fusillade le 9 août 1944 à Saint-Georges-sur-Allier (Puy-de-Dôme) ; résistant au sein des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Antoine Roullot est le fils de François Roullot et de Louise Vollherbst. Au moment de la guerre, il va venir en Auvergne avec sa mère et son demi-frère, Jules Jonczyk.
Il rejoignit la Résistance à une date qu’on ignore. Il appartenait au Corps franc Bertrand.
Le 9 août 1944, suite à une délation, les troupes allemandes assaillirent le campement des Résistants du bois de la Garenne Une trentaine d’hommes se trouvaient là. Surpris dans leur sommeil les résistants eurent sept morts, trois blessés et six arrêtés déportés. Le jeune Antoine Roullot compte parmi les exécutés sommaires.
Il a été reconnu "Mort pour la France", homologué FFI.
Son corps fut inhumé quelques années dans la commune de Saint-Georges puis rapatrié dans le cimetière de Bourtzwiller à Mulhouse.
Une stèle commémorative a été érigée sur le lieu du massacre. Son nom apparaît par ailleurs sur le monument aux Morts de Pont-du-Château, sur la stèle commémorative de Chignat, commune de Vertaizon (Puy-de-Dôme).
Dès sa prise de fonction, la nouvelle municipalité de Saint-Georges-sur-Allier a décidé de faire du 9 août une journée communale du souvenir, et d’associer étroitement les enfants de la commune à la commémoration du martyre de ces jeunes morts pour la France, la liberté et la démocratie.
Dans un document de mars 1945 listant les tués du Puy-de-Dôme, il est identifié par erreur sous le nom de Antoine Jonkisz, né à Czchowice en Pologne. En fait, la mère d’Antoine Roullot est encore mariée Jonczick sur l’acte de naissance d’Antoine, ce qui a pu conduire à cette erreur. Sur une autre source il est indiqué né à Illzach (Haut-Rhin).
Sources

SOURCES : AVCC, AC 21 P 145067. Dossier Antoine Roullot (non consulté) .— SHD Vincennes, GR 16 P 523081 .— Dossier Antoine Roullot (non consulté) .— Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 908W496 : liste des fusillés massacrés du Puy-de-Dôme, mars 1945 .— MémorialGenweb .— "La journée communale du souvenir sera prolongée par des témoignages à l’école", La Montagne, édition Clermont du 12 août 2017 .— "La mémoire du massacre du Bois de la Garenne reste vive", La Montagne, édition Limagne, 22 juillet 2011 .— Manuel, Rispal Billom, 1941-1943, éditions Authrerfois, 2013, p. 86-87 .— état civil Pont-du-Château.

Eric Panthou

Version imprimable