Né le 22 novembre 1909 à Mont-sur-Monnet (Jura), massacré le 25 août 1944 à Lons-le-Saunier (Jura) ; employé aux ponts et chaussées ; victime civile.

Robert Bénier-Moine était le fils de Jules Tircis et de Hélène Jacquot. Il se maria le 14 février 1933 à Fontoy (Moselle) avec Esther Eccli et il était domicilié 11 avenue de Montciel, à Lons-le-Saunier (Jura), où il exerçait le métier d’employé des ponts et chaussées.
Dans la nuit du 24 au 25 août 1944, les jeunes jurassiens des Forces françaises libres (FFL) verrouillèrent les entrées de la ville de Lons-Saunier et passèrent à l’attaque vers 2h30 du matin contre les troupes d’occupation. De violents combats auront lieu dans le quartier de la gare où se trouvaient la Felgendarmerie et la Kommandantur, ainsi qu’aux environs de la place Bichat et du cimetière. Six résistants furent tués pendant le combat. Avant de quitter la ville les Allemands s’en prirent à la population, pillant, incendiant et massacrant au passage. Après la rue des Écoles ce fut le carnage rue de Montciel. Des habitants de la rue et des jeunes de l’Éveil sportif de Montmorot furent arrêtés et rassemblés sur le champ de foire où ils furent fusillés à 14 heures. Camille Bénier-Moine fut exécuté parmi eux.
Il est inhumé dans le cimetière communal, à Lons-le-Saunier (Jura).
Il obtint la mention « Mort pour la France » suivant avis du ministère des Anciens combattants du 17 avril 1947.
Son nom figure sur la stèle commémorative 1939-1945, avenue de Montciel et sur le monument aux morts, à Lons-le-Saunier (Jura).
Sources

SOURCES : Journal "Le Progrès du Jura" du 25 août 2015 Le 25 août 1944, Lons se réveille libérée.— Ville de Lons-le-Saunier 25 août 1944 : Lons s’est souvenue, article publié le 27 août 2018.— Mémorial Genweb.— État civil (actes de naissance et décès).

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable