Né le 21 septembre 1915 à Pékin (Chine), exécuté sommairement le 27 juillet 1944 à Dolus-le-Sec (Indre-et-Loire) ; architecte ; résistant ORA.

Michel Conty
Michel Conty
Michel Conty était le fils d’Alexandre, Robert Conty (né le 3 mai 1864 à Abilly, Indre-et-Loire), diplomate, ambassadeur extraordinaire et ministre plénipotentiaire à Pékin en 1915, et d’Armande, Paule, Nelly Le Roy Liberge. Ses parents se marièrent au Mans (Sarthe) en 1899. Michel, né le 21 septembre 1915 à Pékin, fut le dernier de leurs sept enfants (d’où vraisemblablement le prénom de Septime) et suivit sa famille au gré des mutations de son père : ambassadeur en Chine jusqu’en septembre 1917, puis ambassadeur au Danemark en 1918 et enfin ambassadeur de France au Brésil en juin 1919. Son frère Jean-Marie (1904-1999), polytechnicien, fut compagnon de Saint-Exupéry à l’Aéropostale.
Michel Conty fut cependant élève (avant même la retraite de son père en janvier 1928) d’un établissement privé catholique parisien, le collège Stanislas, rue Notre-Dame-des-Champs dans le VIème arrondissement, de 1926 à 1934, soit l’ensemble de ses années d’enseignement secondaire, de 11 ans à 18 ans. Il intégra ensuite l’École des Beaux-Arts de Paris dont il sortit avec un diplôme d’architecte.
Il fut mobilisé en septembre 1939 comme aspirant dans un régiment de pionniers et fut fait prisonnier lors de la campagne de mai – juin 40, interné au stalag II A à Neubrandenburg (Land de Mecklembourg – Poméranie) puis libéré en 1941. Célibataire, il vint sans doute se réfugier auprès de sa famille au lieu-dit Rives, au bord de la Creuse, dans le domaine familial (commune d’Abilly en Indre-et-Loire), alors en zone libre, à proximité de la ligne de démarcation. En février – mars 1944 la SIPO – SD parvint à démanteler plusieurs réseaux de résistance dans le sud du département d’Indre-et-Loire dont le réseau Goupille, constitué dans le secteur de la Haye-Descartes autour de la famille Goupille. Le colonel Chomel (alias « Charles Martel ») de l’ORA donna alors l’impulsion pour la création de maquis dans l’Indre et le sud de l’Indre-et-Loire (région R 5).
Michel Conty fut chargé d’organiser un maquis appartenant à la 32ème demi-brigade de la brigade Charles Martel de l’ORA, dans le secteur d’Abilly – La Haye-Descartes. Avec l’aide d’Émile Freslon, il constitua en mai 1944 d’abord dans une scierie proche d’Abilly puis dans une ferme en ruine La Faisanderie, un maquis composée de réfractaires STO et de jeunes du secteur. Le 27 juillet 1944, la ville de Loches fut l’objet d’une importante opération des forces d’occupation. Agissant sur renseignements, des agents de la SIPO-SD de Tours, appuyés par un détachement armé et des miliciens, procédèrent à plus de 200 arrestations (dont les 35 gendarmes des brigades du secteur). Regroupés dans la cour de l’école des filles, ils firent l’objet d’interrogatoires. Le soir, 64 personnes furent conduites à la prison de Tours puis déportées. Le même jour 27 juillet à peu de distance de Loches sur la commune de Dolus-le-Sec, sans doute dans le même contexte (agissant sur renseignements), un détachement de soldats allemands et de miliciens se présenta à la maison forestière de Juche-Grolle vers 10 heures du matin. Une rencontre de liaison entre le maquis d’Abilly et les maquis d’Epernon et Cesario avait semble-t-il été prévue dans la forêt. Lorsque Michel Conty et Émile Freslon se présentèrent dans l’après-midi près de la maison forestière, ils furent aussitôt arrêtés, interrogés et torturés, puis exécutés sommairement. L’agriculteur qui découvrit le corps déclara : « que l’individu était couvert de blessures profondes à la tête et dans la région dorsale ». Il fut inhumé dans le caveau familial à Abilly. Après sa mort, le maquis qu’il commandait prit le nom de Conty-Freslon.
Il obtint la mention mort pour la France et reçut la Croix de guerre à titre posthume. Son nom est inscrit sur le monument aux morts d’Abilly, sur le monument commémoratif de Descartes, à l’entrée du pont sur la Creuse, dédié aux morts pour la France du maquis Conty Freslon et sur des stèles commémoratives à Dolus-le-Sec et Verneuil-sur-Indre (maquis Cesario). Il figure enfin sur le monument commémoratif de l’Ecole des Beaux-Arts à Paris VIème arrondissement. A Abilly la place du village reçut en 1945 le nom de place Conty-Maignant, deux résistants du lieu tués les 27 et 28 juillet 1944.
Sources

SOURCES : SHD Vincennes GR 16 P 141175 (à consulter) — Arch. Dép. Indre (état civil en ligne) — DVD AERI Indre-et-Loire — Site internet Wikipedia, biographie d’Alexandre, Robert Conty, diplomate — Gallica, liste officielle des prisonniers de guerre, bulletin du 10 février 1941 — Mémoire des Hommes — MémorialGenWeb. — Courrier de M. Bernard Savatier, septembre 2020.

Iconographie
Archives privées

Michel Thébault

Version imprimable