Né le 17 janvier 1917 à la Baraque, commune des Deux-Verges (Cantal), tué par les Allemands lors d’un échange de tirs avec le maquis le 20 juin 1944 aux Deux-Verges ; domestique agricole ; victime civile.

Fils de Jean Baptiste et de Hortense Pons, Pierre Jaillet était célibataire, domestique agricole pour madame Boucharine, aux Deux-Verges. Sa mère habitait la même commune et son père était décédé quand Pierre Jaillet fut tué.
Il a été tué alors qu’il se trouvait dans un champ de blé en compagnie de Georges Gastal et Raymonde Boucharine, sa patronne. Ils étaient dans ce champ quand une colonne allemande fut attaquée par une Compagnie de FFI. Les Allemands ripostèrent au tir de mitrailleuses. Les 3 paysans se couchèrent dans les blés mais Gastal fut blessé et Jaillet fut tué, atteint de plusieurs balles. La colonne allemande poursuivit son chemin vers Chaudes-Aigues et la Truyère.
Il a été reconnu Mort pour la France.
Son nom figure sur le Monument de la Résistance de Saint-Flour.
Sources

SOURCES : Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 149 : crimes de guerre à Deux-Verges .— Jean Favier, Mémorial du réduit de la Truyère, Aurillac, Union des ACVG - CVR du Cantal, Musée de la Résistance d’Anterrieux, 2008. — Mémorialgenweb.

Eric Panthou

Version imprimable