Né à le 14 janvier 1925 à Vergongheon (Haute-Loire), exécuté sommairement par fusillade le 7 août 1944 à Massiac (Cantal) ; manoeuvre à la SNCF ; résistant au sein des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Stèle en l’honneur de Joseph Serre et Raymond Coudert à Massiac.
Fils de Benjamin et de Marie-Rosalie Gerbier, Joseph Serre était manœuvre à la SNCF, domicilié à Brioude (Haute-Loire), route de l’aviation.
Avec Raymond Coudert, il aurait été arrêté par les Allemands le 6 août 1944 au village de Léotoing (Haute-Loire) alors qu’ils rejoignaient une Compagnie de FFI stationnée à Auriac-l’Eglise. Ils venaient d’être recrutés depuis peu par le lieutenant Louis au sein du 8° Dragon. Ils revenaient alors de chez eux où ils étaient allés en permission régulière chercher des effets de rechange.
Il furent emmenés dans un convoi et fusillés dans la côte de Massiac. Leur corps fut retrouvé le 12 aout 1944 à 19h au lieu dit Le Bouchet à 1200 m. de Massiac dans un taillis en bordure de la RN 9. Le médecin légiste conclut à une mort survenue 4 à 5 jours avant, exécution sommaire par balles. Un morceau de papier déchiré, contenant le nom et l’adresse d’un soldat allemand, fut retrouvé dans les poches du jeune Serre.
Les deux hommes ne furent pas identifiés dans un premier temps. Un jugement du tribunal de Saint-Flour du 5 octobre 1944 établit qu’il s’agit de Joseph Serre.
Selon un témoin, les deux jeunes portaient des uniformes des Chantiers de Jeunesse et leur corps portaient des traces de tortures, ce que ne put totalement confirmer le médecin qui les examina. Après avoir été identifié par son père, le corps de Joseph Serre fut ramenée de Massiac au cimetière de Vergongheon.
Il a été reconnu « Mort pour la France ».
Son nom figure sur le Monument aux Morts à Vergongheon, à Massiac, Loupiac et Brioude, au Monument Commémoratif 1939-1945 à Bournoncle-Saint-Pierre, à la Stèle de la côte de Massiac à son nom et celle de Raymond Coudert, au Monument commémoratif de Sainte-Florine.
Il n’a pas de dossier de victime de guerre à Caen ni de dossier de résistant à Vincennes.
Sources

SOURCES : Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 151 : crimes de guerre à Massiac .— état civil Massiac .— Mémorialgenweb.

Version imprimable