Né le 3 mars 1926 à Barjols (Var), exécuté sommairement le 12 juin 1944 à Charleval (Bouches-du-Rhône) ; cultivateur ; FFI, résistant du mouvement Combat, des Mouvements unis de Résistance-Mouvement de libération nationale (MUR-MLN), de l’Armée secrète (AS) et des Corps francs de la Libératio

Fils de Joseph Zafon et de son épouse Maria, née Villaplana, Joachim Zafon, célibataire, habitait Charleval. Avec son frère aîné, Joachim Zafon*, il rejoignit la Résistance (« groupement Combat » et AS de Charleval) en mars 1943 et participa, en juin 1944, au maquis de la Chaîne des Côtes. Les deux frères furent arrêtés dans la matinée du 12 juin 1944, lors de l’attaque allemande du maquis. Selon leurs actes de décès, dressés le 12 juin 1944, à 18 heures, sur déclaration du garde-champêtre de Charleval, ils furent tués à 7 heures, ce jour, au lieu-dit « Bois de Sainte-Croix ».
Louis Zafon a obtenu les mentions « Mort pour la France » et « Interné résistant ». À Charleval, son nom figure sur le monument aux morts du cimetière communal, sous l’inscription « Charleval. Aux victimes du nazisme ». Il est également gravé sur une borne érigée près de la chapelle Sainte-Anne, qui porte treize noms (« Ici ont été assassinés par les Allemands le 12 juin 1944 ») et sur le mémorial du maquis de Sainte-Anne (commune de Lambesc, Bouches-du-Rhône).
Voir La Chaîne des Côtes et ses environs, Lambesc, Charleval, La
Roque-d’Anthéron, Le Fenouillet (Bouches-du-Rhône), 11 -
13 juin 1944
Sources

SOURCES : AVCC Caen, 21 P 244, listes de décédés et arrestations Bouches-du-Rhône. — Arch. dep. des Bouches-du-Rhône, 76 W 129, liste des personnes tuées au cours des opérations allemandes effectuées dans le secteur Lambesc-Charleval, La Roque-d’Anthéron, les 12 et 13 juin 1944. — Arch. dep. des Bouches-du-Rhône, 1269 W 8, « Exécutions de Lambesc, Charleval, La Roque-d’Anthéron ». — Arch. Musée de Lambesc. — Notes de Sylviane Prinssat. — Site internet Mémoire des hommes. — Mémorial GenWeb. — Etat civil.

Robert Mencherini

Version imprimable