Né le 27 mai 1904 à l’Horta de Sant Joan (province de Tarragone, Catalogne, Espagne), mort le 10 juin 194 à Marsoulas (Haute-Garonne) ; ouvrier du bâtiment ; victime civile de la division Das Reich

Jacques Carbó était natif de l’une des communes les plus au sud de la Catalogne, dans la Terra Alta sur la rive droite de l’Èbre. On ignore quand il arriva en France, et, plus précisément, à Marsoulas.
En 1944, Jacques Carbó travaillait pour l’entreprise de Jean Blanc, maire de Marsoulas. Le 10 juin au matin il se trouvait à la maison des Cazenave, à deux pas de celle du maire, chemin de la Fontaine. Lorsque les Allemands pénétrèrent dans la maison, il se préparait à fabriquer du mortier afin de crépir les porcheries des Cazenave. Il réussit à s’enfuir, mais fut rattrapé. On le retrouva tué, étendu le visage au sol, sur la route qui traverse le village, face à la maison Rogale.
Voir Marsoulas (Haute-Garonne), 10 juin 1944
Sources

SOURCES : Guy Penaud, La « Das Reich » 2e SS Panzer Division, préface d’Yves Guéna, introduction de Roger Ranoux, Périgueux, La Lauze, 2e édition, 2005, 558 p. [pp. 378-383, pp. 520-521]. — Roger Prost, « En Comminges sous l’occupation. Événements après le 6 juin », Revue du Comminges, Revue d’histoire, d’archéologie, de géographie et de sciences naturelles du Comminges et des Pyrénées centrales, 109, 1994, pp. 404-443. — « Le massacre d’une population innocente à Marsoulas en Comminges, le 10 juin 1944 », texte rédigé par un des fils, né en 1941, du maire de Marsoulas en 1944, Jean Blanc, site aspetinf.chez.com/assoc/Marsoulas, consulté le 11 septembre 2019.

Version imprimable