Né le 3 décembre 1907 à Morillon (Haute-Savoie), massacré le 8 juin 1944 à Saint-Jorioz (Haute-Savoie) ; négociant ; victime civile.

« Le 25 juin 1944, à 15 heures, il a été trouvé sur la commune de Saint-Jorioz (Haute-Savoie), au lieu-dit « Pré Lombard » le corps de Apollinaire Angelloz-Pessey, né à Morillon (Haute-Savoie) le 3 décembre 1907, négociant à Cluses (Haute-Savoie), fils de François Angelloz-Pessey et de Clorinde Dérollaud, époux de Delphine Irène Rapin… constatation du docteur Orsat, médecin légiste à Annecy, qui a déclaré que le corps du décédé avait séjourné environ 18 jours dans le « Pré Lombard »… »
Apollinaire Angelloz-Pessey a donc probablement été abattu le 8 juin par les SS, lors de l’expédition que ces derniers ont monté sur Faverges, Frontenex et Seythenex.
Le 27 juin 1945, Apollinaire Angeloz-Pessey fut déclaré « Mort pour la France ». Il figure sur le monument aux morts de Cluses, où il était domicilié avant la guerre, ainsi que sur la stèle élevée aux morts de la Seconde guerre mondiale à proximité de l’église dans la Grande rue de la ville faucignerande.
Sources

SOURCES : Michel Germain, Haute-Savoie Rebelle et martyre, Mémorial de la Seconde guerre mondiale en Haute-Savoie, La Fontaine de Siloé, 2009. — Mémorial GenWeb. — Acte de décès.

Michel Germain, Dominique Tantin

Version imprimable