Né le 5 mars 1916 à Léaz (Ain), mort en action le 13 juillet 1944 au [Le] Petit-Abergement (Ain) ; étudiant ; résistant de l’armée secrète (AS) et des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Émile Vorlet était le fils de Joseph Henri, fromager et de Erminie Célestine Buffard, laitière. Il était domicilié en 1940 à Bellegarde-sur-Valserine (Ain) et était étudiant à l’école des cadres de Saint-Martin-du-Frêne (Ain).
Il entra dans la Résistance à l’armée secrète (AS) de Bellegarde-sur-Valserine et fut affecté au groupe Louis Tocco.
Le 10 juillet 1944 l’opération "Treffenfeld" fut lancée sur les maquis de l’Ain afin de les éradiquer. Plusieurs colonnes ennemies se lancèrent à l’assaut du plateau.
Suite à un ordre de dispersion de l’école d’entraînement de Saint-Martin-du-Frêne, Émile Vorlet tenta de traverser le plateau de Retord pour rejoindre Bellegarde. Il fut surpris par les Allemands à la combe Ramboz, au Petit-Abergement le 13 juillet 1944 et abattu avec cinq autres jeunes de la région de Bellegarde.
Il obtint la mention « Mort pour la France » transcrite sur l’acte de naissance.
Il fut homologué comme soldat des Forces françaises de l’intérieur (FFI), [SHD Vincennes GR 16 P 599176].
Son nom figure sur la stèle commémorative, au [Le] Petit-Abergement (Ain).
Sources

SOURCES : Musée de la Résistance 1940-1945 en ligne, Données extraites du CD(DVD)-ROM : La Résistance dans l’Ain et le Haut-Jura (2013).— Mémorial Genweb.— État civil (acte de naissance).
Acte de décès en attente

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable