Né le 15 août 1914 à Tours (Indre-et-Loire) ; résistant tué en action le 18 août 1944 à Bellevue-La-Montagne (Haute-Loire) ; garçon de café ; cheminot ; appartenant aux Forces françaises de l’Intérieur (FFI) d’Auvergne, lieutenant au camp Wodli des Francs-Tireurs et Partisans (FTP) en Haute-Loire.

Fils de Roger, employé à la Compagnie des Chemins de Fer d’Orléans, et d’Andrée, née Micheau, couturière, Marcel Thévenet était célibataire. Son dernier domicile connu était Athis-Mons (Seine-et-Oise, aujourd’hui Essonne) où vivaient ses parents.
Il partit faire son service militaire en octobre 1935 et se réengagea à son issue deux ans plus tard et ce jusqu’à la mobilisation de 1939. Nommé soldat de 1ère classe en 1938, il fut ensuite caporal puis caporal-chef en 1940. Il fut démobilisé le 7 septembre 1940.
Il serait ensuite retourné chez ses parents à Athis-Mons où il devint garçon de café.
Sous l’Occupation, il était homme d’équipe à la SNCF, en gare de Paris-Austerlitz. En janvier 1943, il fut requis pour aller travailler en Allemagne mais on ne sait pas s’il partit. On ignore les raisons de son départ vers le maquis.
Il rejoignit la Résistance en juin 1944, au sein du 312ème Bataillon FTP, Camp Wodli, en Haute-Loire, prenant le nom de guerre de Cellou et Comte de Saint-Gilles.
Encadrant le combat de Bellevue-la-Montagne aux côtés de Antoine Angéli, chef-adjoint du camp Wodli, il a participé à toutes les opérations jusqu’à la date du 18 août 1944 où il fut fut tué à lors des combats de Bellevue-la Montagne par les troupes allemandes. Il avait été nommé lieutenant au sein des FTP.
Aucun acte de décès ne fut dressé à l’issue des combats. Son corps fut inhumé à La Chaise-Dieu (Haute-Loire). Il a été déclaré mort le 12 août 1944 à Bellevue-la-Montagne par un jugement du tribunal du Puy du 12 avril 1945. A la demande du Ministère en 1959, la date de décès fut ensuite rectifiée au 18 août 1944.
Marcel Thévenet a été reconnu "Mort Pour La France". Il a été homologué FFI pour la période du 15 juin au 18 août 1944. Il a reçu la Médaille Militaire, homologué au grade de caporal-chef.
Son nom figure sur la stèle commémorative de Bellevue-La-Montagne (Haute-Loire).
Au lendemain de la Libération, la mairie d’Athis-Mons ne put prévenir immédiatement les parents du décès de leur fils car leur maison avait été détruite lors des bombardements et ils étaient logés ailleurs. Ils habitèrent alors Niort (Deux-Sèvres) avant de revenir peu après à Athis-Mons.
Sources

SOURCES : AVCC Caen, AC 21P158336. Dossier Marcel Thévenet .— Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 118 : crimes de guerre à Bellevue .— Arch. Dép. Haute-Loire : cotes 300J11, 300J38 – Arch. Départ. Loire : archives Gentgen, cote 11J. — SHD Vincennes, GR 16 P 567561. Dossier résistant de Marcel Thévenet (nc) .— Bernard Capuano, Itinéraire d’un enfant de Rive-de-Gier dans La Résistance, Bulletin spécial de l’Amicale des Anciens Résistants et Amis de Rive-de-Gier, année 2013. — Liste des morts du camp Wodli (archives privées Alphonse Rozier) . — Site MémorialGenWeb.

Michelle Destour, Eric Panthou

Version imprimable