Né le 18 avril 1922 à Lyon, IVe arr. (Rhône), massacré le 16 août 1944 à Annecy (Haute-Savoie) ; dessinateur ; réfractaire au STO ; victime civile.

Stèle commémorative devant l'église Sainte Bernadette actuelle
Stèle commémorative devant l’église Sainte Bernadette actuelle
Crédit : MémorialGenWeb.
Directement concerné par la loi du 16 février 1943 instituant le S.T.O. et, refusant de partir en Allemagne, il devint réfractaire et gagna la Haute-Savoie.
Le mercredi 16 août 1944, soit trois jours avant la libération de la ville d’Annecy, un inconnu fut arrêté au barrage que les Allemands avaient mis en place avenue d’Albigny, tout proche d’Annecy-le-Vieux, à quelques mètres de la villa Schmid, siège de la Gestapo pour le département. Le soldat allemand, pistolet au poing, entraîna son prisonnier vers la villa, mais l’homme réussit à se saisir de l’arme du soldat, à l’abattre et à s’enfuir.
En représailles, l’ennemi exécuta quatre personnes. Deux d’entre elles auraient été arrêtées immédiatement sur la route selon certaines sources, ce qui paraît peu vraisemblable puisqu’il s’agit de deux résistants homologués : Albert Francfort*, Jean Gailliot*. Ils exécutèrent également le docteur Hubert Laurent* fort connu à Annecy et Jean Alexis Bouchard, arrêté le 14 juillet à Taninges par la Gestapo et des soldats allemands, et qui tous deux étaient en cours d’interrogatoire dans la ville Schmid. (Fonds du Mémorial de l’oppression 3808 W 1379 et 1520).
Jean Bouchard fut reconnu « Mort pour la France » le 11 avril 1945 (dossier n° 92 627) et une stèle a été érigée Avenue d’Albigny, dans le petit parc devant l’église Sainte-Bernadette, lieu de cette exécution.
Sources

SOURCES : Michel Germain, Haute-Savoie Rebelle et martyre, Mémorial de la Seconde guerre mondiale en Haute-Savoie, La Fontaine de Siloé, 2009. — MémorialGenWeb.

Michel Germain

Version imprimable