Le 20 juin 1944, sur la commune de Challes-les Eaux (Savoie), au lieu dit les Rochettes, sur la route de Barby, vers 19 heures, 19 hommes furent exécutés. Toutes ces personnes avaient été transportées sur ce lieu depuis l’Ain.

Elles provenaient pour la plupart d’une zone comprise entre Hauteville (Ain) et Artemare. Le groupe était composé de résistants de l’AS capturés en différents lieux lors des affrontements qui s’étaient déroulés entre le 12 et le 15 juin dans le secteur d’Hauteville. Quelques hommes sans lien aucun avec la Résistance furent également faits prisonniers. Parmi eux, sept Espagnols rattachés au 128e groupement de travailleurs étrangers (GTE) d’Ambérieux, employés à des travaux de bûcheronnage et dont on connaît plus précisément les conditions d’arrestation. Le matin du 19 juin, vers 8 heures, des troupes allemandes avaient encerclé le hameau de Prévézieux sur la commune de Contrevoz. A l’issue de la vérification des pièces d’identité des hommes du village, les sept bûcherons furent arrêtés et transportés à Artemare.
Le lendemain en fin d’après-midi, les 19 hommes furent convoyés en Savoie jusqu’à Challes-les-Eaux.
Il semble que le choix de cette destination n’était pas dû au hasard. Il correspond au lieu d’affectation d’un officier allemand capturé avec son chauffeur et une femme le 15 juin par l’AS d’Hauteville. Tous trois furent exécutés pour espionnage dans les jours qui suivirent au PC du commandant Romans à Izernore. Le commandement allemand fit une proposition d’échange de 12 prisonniers français contre les deux soldats allemands mais celle-ci parvint au PC de l’AS alors que les deux hommes étaient déjà morts.
Arrivé à Challes, le commandant du convoi rassembla des soldats qui venaient de finir un exercice d’entraînement. Les otages, attachés deux à deux, furent mitraillés en deux vagues. Certains d’entre eux crièrent « Vive la France ».
Le matin du 21 juin, des hommes du village creusèrent les tombes, sous la surveillance de soldats. Celles-ci étaient, à la demande de l’occupant, disséminées sur l’ensemble du cimetière et devaient accueillir deux cercueils. Interdiction formelle fut faite de fleurir les tombes.
La plupart des corps furent identifiés lors d’exhumations qui eurent lieux les 20 et 25 septembre 1944. Un courrier du Préfet de la Savoie au Préfet de l’Ain du 7 décembre signale que sept corps restent non identifiés (correspondant au sept Espagnols) et qu’une personne reste totalement inconnue.
L’unité allemande signalée comme responsable de l’exécution est la 14e compagnie panzer jager ersatz bataillon 7.
En novembre 1944, le conseil municipal de Challes-les-Eaux vota une subvention de 30000 francs pour ériger une stèle sur le lieu du massacre.
Identité des victimes :
1 ARNOUX Alexis, domicilié à Hauteville (Ain), né le 6 avril 1927 à Corps (Isère), employé célibataire.
2 BARRIER Joseph, domicilié à Rossillon (Ain), né à Rossillon le 5 juillet 1890, marié, cultivateur ?
3 BERNARD Georges, domicilié à Vieu (Ain), né à Vieu le 8 janvier 1923,célibataire, cultivateur.
4 BILLON André, domicilié à Thézillieu, né à Thézillieu (Ain) le 26 février 1923, célibataire, cultivateur
5 BILLON Georges, domicilié à Thézillieu, né le 5 juillet 1921, célibataire, cultivateur
6 CLEARD Francis (domicilié à Hauteville, né le 12 avril 1906 à Saint-Paul de Varax, marié)
7 GUILLERMET Gabriel (né à Cormaranche le 11 octobre 1897 marié à Louise Quaire, institutrice, domicilié à Hauteville)
Identifiés le 25 septembre 1944
8 GUY Jean Marie, domicilié à Ambutrix (Ain), né le 5 avril 1920 à Bourg (Ain), gendarme, célibataire.
9 BERNINI Joseph, domicilié à Vieu (Ain), né le 31 décembre 1923 à Bourg (Ain), célibataire, ouvrier agricole.
10 PERSCH Roger, domicilié à Vieu (Ain) ouvrier agricole, célibataire, né le 16 mars 1920.
11 FERLET Marcel, domicilié à Pugieu (Ain), né à Pugieu le 13 février 1920, manœuvre célibataire .
Le 7 décembre 1944 tous les corps n’ont pas encore été identifiés.
Corps n° 12 : INCONNU
Pour les autres on pense qu’il s’agit de travailleurs espagnols :
Sept Espagnols, bûcherons, appartenant au 128e groupe de travailleurs étrangers d’Ambérieu.
Arrêtés le 19 juin 1944, au matin, vers 8 heures, au hameau de Préveyzieu (Ain), emprisonnés à Artemare
Domingo Santos Garcia 60 ans
Ortega Domingue Tomas 57 ans
Ocagua Medina José, 57 ans
Santiago Sanz Pegna 27 ans
Martinez Ruy Antonio 28 ans
Martinez Gonzales Medina] 24 ans
Canovas Larios José 34 ans, né le 3 juin 1910 à Cuevas (province d’Almeria)
Exécuteurs 14e cie panzer jager ersatz bataillon 7 basée à St Georges d’Hurtière et
Ste Reine et École.
Adrien Caillet né 17 mars 1925 à Chambéry fut déporté en avril 1944 à Mauthausen et rentra le 6 mai 1945.
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Savoie 961 W 27. — À la mémoire des 19 otages du Valromey, Le Souvenir Français, Challes les Eaux, 1996. — FMD.

Michel Aguettaz

Version imprimable