Né le 4 juillet 1902 à Chanas (Isère), sommairement exécuté en représailles le 29 août 1944 à Chanas ; maçon ; victime civile

Tombe collective plaque gauche cimetière Chanas (Isère)
Tombe collective plaque gauche cimetière Chanas (Isère)
Source : Photographie Jean-Luc Marquer
Lucien Clovis Clémaron était le fils d’Étienne et de Marie, Pauline Dorier.
Il épousa Germaine, Marie Devel. Ils eurent douze enfants.
La famille habitait le quartier de La Batie à Chanas (Isère).
Lucien Clémaron exerçait la profession de maçon et avait été membre de la CGT avant son interdiction.
Le 29 août 1944, vers midi, alors qu’il revenait chez lui après avoir rendu visite à plusieurs de ses enfants qui étaient placés chez des agriculteurs le temps des vacances, il fut arrêté par des Allemands à l’entrée du hameau des Guyots en représailles à l’attaque d’un convoi allemand par un groupe de F.F.I.
L’après-midi, il fut exécuté avec dix-sept autres otages dans une grange du hameau des Guyots qui fut par la suite incendiée.
Les restes calcinés et non identifiables de onze des victimes, dont Lucien Clémaron, furent enterrés dans une tombe collective au cimetière de Chanas.
Il obtint la mention "Mort pour la France".
Son nom figure sur le monument érigé sur les lieux du massacre, sur la tombe collective au cimetière communal et sur le tableau commémoratif apposé dans les locaux de la Confédération Générale du Travail ( CGT ) 263 Rue de Paris à Montreuil (Seine-Saint-Denis) - - Noyau A 1er étage - - Fédération nationale des Industries Chimiques FSM - - Inscription "Nos martyrs" -


Voir : Chanas
Sources

SOURCES : Arch. dép. Rhône, Mémorial de l’Oppression : 3808W 417 et 447 — Mémorial GenWeb — Etat civil

Jean-Luc Marquer

Version imprimable