Né le 29 juillet 1903 à Marseille (Bouches-du-Rhône), exécuté sommairement le 19 août 1944 à Paris (XIIe arr.) ; instituteur ; résistant des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Plaque en hommage à Michel Orsini, fusillé au fort de Vincennes le 20 août 1944, située dans le hall de l’école primaire Jeanne d’Arc, place Jeanne d’Arc, Paris XIIIe arr.
Michel Orsini était le fils de Noël et de Léonie Cardiviola. Il se maria le 13 juillet 1933 à Paris (XIIIe arr.) avec Georgine Eugénie Duvert. Il exerçait le métier d’instituteur à l’école Jeanne-d’Arc, à Paris 13e arrondissement.
Il entra dans la Résistance aux Forces françaises de l’intérieur (FFI).
Le 19 août l’insurrection parisienne commença. Michel Orsini fut capturé et fusillé par les allemands au fort de Vincennes avec de nombreuse autres personnes.
Il fut homologué au grade de sergent-chef des Forces françaises de l’intérieur (FFI) et obtint le titre de "Déporté et interné résistant" (DIR), dossier SHD Vincennes GR 16 P 451552.
Son nom figure sur la plaque commémorative à sa mémoire, plaque dans le hall de l’école primaire Jeanne d’Arc, place Jeanne d’Arc, Paris XIIIe, 33 place Jeanne-d’Arc, à Paris (XIIIe arr.), sur la plaque commémorative dans le hall de la mairie, à Paris (XIVe arr.), sur la plaque commémorative dédiée "Aux Maîtres de l’Enseignement Primaire morts pour la Patrie" située dans l’École Normale de la ville d’Ajaccio, sur le monument aux morts du cimetière, à Bastia, sur le monument aux morts et la plaque commémorative dans l’église Saint-Augustin, à Ortiporio (Haute-Corse).
Sources

SOURCES : La Libération de Paris, Fusillades à Vincennes.— Mémorial Genweb. — Notes de Jean-Pierre Ravery.

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable